Renaud Emond confiant avant d'aller à Genk avec le Standard: "On sent qu'il se passe un truc"

L'attaquant des Rouches aime la philosophie de Ronny Deila et espère que les résultats vont aller dans la lignée de l'ambiance retrouvée.

C'est assez rare que pour être souligné : Renaud Emond est arrivé, tout sourir et à l'avance à la conférence de presse d'avant Genk-Standard. C'est peut-être un détail pour vous mais ça en dit beaucoup sur la nouvelle atmosphère qui règne sur les hauteurs du Sart-Tilman. "On se sent bien", explique Renaud Emond. "Le coach veut mettre une bonne ambiance, créer une famille. Avoir le sourire tout le temps, cela fait partie de la nouvelle dynamique. C'est super positif. On profite, on s'amuse. On a envie de venir s'entraîner le matin, on prend du plaisir. Désormais, on espère que les résultats vont s'enchaîner."

Le partage acquis au caractère face à Gand (2-2) est un premier point important vers le changement. "Il y a beaucoup à retenir de ce match. On a joué à dix, sans repères mais on n'a pas lâché. On a continué à faire ce que le coach a demandé. On est resté en bloc. On a resserré les lignes. Aron Donnum a même défendu (rires). Il a prouvé qu'il savait le faire. Plus sérieusement, il y a quelques mois, on n'aurait pas pris ce point-là."

S'il a, lui aussi, beaucoup défendu face aux Gantois, Renaud Emond se réjouit d'attaquer, dimanche, face aux Limbourgeois. Et il ne cache pas apprécier le style de jeu de Deila, qui part d'une gros pressing. "J'adore ça. On récupère le ballon plus haut, on se crée plus d'occasions. C'est top. Il faut beaucoup courir mais ça ne me pose pas de souci."

Autre détail intéressant : Emond a récupéré son numéro 9 après avoir joué avec le 18 lors de son retour en milieu de saison passée. "C'était plus ou moins prévu que je le récupère et cela me fait plaisir", explique-t-il. "Il me rappelle de bons souvenirs et j'avais à coeur de le retrouver. Cela permet aussi, d'une certaine manière, d'effacer la parenthèse de la saison passée"

Tout le monde au club souhaite en tout cas faire beaucoup mieux. "J'ai vraiment envie de dire qu'il se passe quelque chose. J'ai la sensation qu'on peut faire de belles choses. Dans le stade aussi, on a senti qu'il se passait un truc, vendredi dernier. On a ressenti ce soutien des supporters et cela nous a boosté. C'est très motivant. Tout me fait penser qu'on peut réaliser une belle saison." Et une belle saison, ce serait quoi ? "Je pense qu'être dans le top 8 et se battre pour l'Europe jusqu'au bout est un beau premier objectif."

Pour en poser les bases, il faudra faire un résultat à Genk, ce dimanche (13h30)." Lors des 45 premières minutes au Club Bruges, Genk a été l'équipe la plus impressionnante de la première journée. Si les Limbourgeois avaient inscrit quatre buts avant le repos, il n'y aurait rien eu à dire. Cela prouve leurs qualités." Mais entre-temps, le Racing a connu une semaine difficile, avec la grave blessure d'Oyen, le départ à venir d'Ito et les envies d'ailleurs de Dessers. "Il est clair que c'est un plus pour nous mais Genk a un gros noyau. Dans tous les cas, on va faire notre jeu et commencer le match pour gagner. On ne va pas là-bas pour défendre."

C’est ça aussi, leur nouvelle philosophie.