Prestation XXL, penalty raté, ballon sauvé sur la ligne de Leverkusen et self control: l'incroyable soirée de Carrasco en Ligue des Champions (VIDEO)

En perte de vitesse ces dernières semaines, Yannick Carrasco a retrouvé des couleurs ce mercredi, face au Bayer Leverkusen. Avant de vivre une dernière minute de jeu cruelle.

N. Ch.

Si le VAR n'avait pas rappelé M. Turpin après ses trois coups de sifflet finaux, le résultat du match aurait été identique mais Yannick Carrasco aurait passé une bien meilleure nuit.

Après avoir déjà occupé le rôle d'acteur principal des 94 premières minutes du match entre l'Atlético Madrid et le Bayer Leverkusen, le Diable rouge a concentré encore plus d'attention sur lui dans les toutes dernières secondes. Avant de réussir une démonstration de sang froid qui mériterait l'Oscar du self control.

Un but et un assist

Le show Carrasco a débuté à la 22e minute, lorsqu'il trompait Hradecky d'une frappe puissante au premier poteau, envoyée depuis l'entrée du rectangle, pour remettre les deux équipes à égalité. Il alimentait ainsi un compteur bloqué depuis décembre 2020 en Ligue des Champions. En début de deuxième mi-temps, il trouvait de Paul en retrait après avoir fixé la défense adverse et voyait l'Argentin réussir son enroulé du pied droit pour une nouvelle égalisation.

Dans tous les bons coups, notre compatriote se montrait très inspiré et mettait le feu dans la défense allemande à plusieurs reprises. Mais l'Atlético Madrid ne parvenait pas à marquer le but du 3-2 et voyait M. Turpin siffler la fin du match. C'était sans compter sur un incroyable rebondissement...

Penalty raté et sauvetage malheureux

Le VAR intervenait alors pour signaler une (très légère) faute de main d'Hincapie sur le dernier corner de l'Atlético. L'arbitre faisait alors reprendre la rencontre le temps d'un penalty. Et qui d'autre que l'homme du match, débordant de confiance, pour prendre ses responsabilités ? Yannick Carrasco se positionnait derrière le ballon et frappait un très mauvais penalty, que Hradecky repoussait dans l'axe. Saul Niguez était au rebond et envoyait une tête sur la barre transversale avant que Reinildo obtienne un nouveau rebond et frappe... sur le pied de Carrasco, à même la ligne.

Au vu de la prestation du Diable, ses équipiers lui ont bien vite pardonné ce penalty raté, synonyme d'élimination. "Il faut des couilles pour tirer", a fait remarquer Rodrigo de Paul à la presse espagnole. Alors que Diego Simeone a apprécié le "grand match" de son leader offensif. "Il est revenu à son meilleur niveau, c'est une note satisfaisante malgré le résultat."

On notera enfin le sel control de Yannick Carrasco au (deuxième) coup de sifflet final. Chambré par Bakker et Fosu-Mensah, le Diable ne leur accordait même pas un regard. Notons également qu'Axel Witsel, lui aussi auteur d'un bon match, avait été le premier à calmer les esprits quelques instants plus tôt, lors de l'intervention du VAR.