Mondial 2022: des milliers de travailleurs expulsés de leur logement à Doha

Le Qatar a vidé les blocs d'appartements abritant des milliers de travailleurs étrangers dans le centre de la capitale Doha, où les supporters de football visiteurs séjourneront pendant la Coupe du monde, rapporte l'agence de presse Reuters, qui a recueilli les témoignages de plusieurs travailleurs ayant été mis dehors.

A view of the German national team�s training ground at the al-Shamal Club Stadium in al-Ruwais, some 110 km north of Doha, on October 28, 2022, ahead of the Qatar 2022 FIFA World Cup football tournament. (Photo by Jewel SAMAD / AFP)

Au total, plus d'une dizaine de bâtiments ont été évacués et fermés par les autorités, selon les travailleurs. Les ouvriers, principalement des Asiatiques et des Africains, ont été contraints de chercher un autre abri. Certains ont fini par se coucher sur le trottoir devant l'une de leurs anciennes maisons, a constaté Reuters.

Cette procédure d'expulsion intervient moins de quatre semaines avant le début de la compétition internationale de football, dont le coup d'envoi aura lieu le 20 novembre prochain. Le tournoi a attiré l'attention de la communauté internationale en raison des conditions de travail des ouvriers étrangers et des lois sociales restrictives du pays hôte, alors que la construction des stades aurait causé la mort de milliers d'ouvriers étrangers, selon le quotidien britannique The Guardian.

Dans un bâtiment qui, selon les résidents, abritait 1.200 personnes dans le quartier Al Mansoura de Doha, les autorités ont informé les locataires, mercredi vers 22h00, qu'ils avaient deux heures pour quitter les lieux. Les fonctionnaires municipaux sont revenus vers 22h30, ont forcé tout le monde à sortir et ont verrouillé les portes du bâtiment, ont-ils dit. Certains habitants n'ont pas pu revenir à temps pour récupérer leurs affaires. "Nous n'avons nulle part où aller", a déclaré un homme à Reuters le lendemain.

Un responsable du gouvernement qatari a déclaré que les expulsions n'étaient pas liées à la Coupe du monde et qu'elles étaient exécutées "conformément aux plans globaux et à long terme en cours pour réorganiser les zones de Doha." "Tous ont depuis été relogés dans des logements sûrs et appropriés", a affirmé le fonctionnaire, ajoutant que les demandes d'évacuation auraient été effectuées "avec un préavis approprié".

Sollicitée par Reuters, la Fifa, l'instance dirigeante du football mondial, n'a pas répondu à une demande de commentaire.