La grande histoire de la Coupe du monde (8/8) : les Diables ratent le coche, les Bleus matent le coach…

2018, notre nouveau numéro de "Histoires de Diables" est le dernier d’une série de huit longs formats qui vous retrace l’histoire de la Coupe du monde…

Rédaction foot
La grande histoire de la Coupe du monde (8/7): le Mondial 2018 en Russie
©D.R.

Le Mondial 2018 en Russie reste l’un des plus grands moments du sport belge. Les Diables rouges y ont remporté une historique 3e place, en battant l’Angleterre dans la "petite finale". Ils sont paradoxalement rentrés en Belgique avec des sentiments partagés, fiers de leur parcours mais frustrés d’être passés à côté de la montre en or. Même si, après un honorable premier tour, Eden Hazard et les siens connurent des sueurs froides en huitièmes, sauvés par un but d’anthologie de Nacer Chadli, à quelques secondes des prolongations face au Japon…

Mais après la retentissante victoire contre le Brésil en quarts de finale, après une master class tactique de Roberto Martinez et les prestations magistrales de Kevin De Bruyne et Thibaut Courtois, la Belgique avait prouvé qu’elle possédait toutes les armes pour ambitionner de coiffer la couronne mondiale.

Mais il fallut composer avec la suspension de Thomas Meunier pour la demi-finale contre la France. Et, pourtant si inspiré face au Brésil, Roberto Martinez ne trouva cette fois pas la clé de la réussite pour faire déjouer les Bleus. Si les Diables prirent le jeu à leur compte, ils furent crucifiés par le réalisme des Français, envoyés en finale sur un coup de tête devenu célèbre (comme la danse qui s’ensuivit) d’Umtiti…

Les Diables se consolèrent lors de la "petite finale", des retrouvailles avec des Anglais déjà battus (mais aurait-il fallu ?) au 1er tour. Avec des buts de Thomas Meunier et Eden Hazard, la Belgique terminait 3e de ce Mondial 2018. La meilleure performance de son histoire…

Le lendemain, les Diables faisaient la fête dans les rues de Bruxelles, pour immortaliser leur beau parcours russe, et faire le plein de souvenirs.

À 2500 km de notre capitale, l’équipe de France accrochait une 2e étoile à son maillot, en écartant assez facilement les Croates en finale (4-2). Mais les Diables comme tous les Belges avaient rêvé ce jour-là d’une place rouge à Moscou…

Revivez de l'intérieur la belge histoire de ce Mondial 2018 grâce à notre long format...

Découvrez notre long format sur le Mondial 2018 des Diables
La grande histoire de la Coupe du monde (8/8) : les Diables ratent le coche, les Bleus matent le coach…
©D.R.
Découvrez notre dossier "Histoire de Diables"