Le salaire du Diable va doubler dans les prochaines semaines, ce qui fera de lui le joueur le mieux payé de l’histoire de City.

Le sens du timing de Kevin De Bruyne est définitivement redoutable. Que ce soit sur les terrains ou en dehors.

Alors qu’il marche sur l’eau et sur ses adversaires depuis plusieurs semaines, le Gantois a parfaitement choisi son moment puisqu’il atteint son zénith au moment pile où la renégociation de son contrat bat son plein.

L’issue n’a jamais fait aucun doute : KDB l’a dit et répété ces dernières semaines. "Je dis toujours que, dans le football, beaucoup de choses peuvent aller très vite, mais je suis très content ici et les gens du club le savent. Je n’ai pas l’intention d’aller ailleurs et je prends plaisir à faire partie du projet et à pratiquer le style de jeu que nous pratiquons. L’équipe va dans la bonne direction, et c’est aussi important. Venir à City était un bon choix et ma famille se sent aussi très bien ici", a-t-il récemment expliqué.

Du côté des dirigeants, prolonger le contrat de KDB est aussi apparu comme une évidence au moment où le club rêve de construire une dynastie en procédant à une vaste vague de prolongations qui va aussi concerner Fernandinho (2018), Raheem Sterling (2020), Gabriel Jesus (2021), Ederson (2022). Évoquée par certains, l’éventualité de voir Lionel Messi se greffer au projet n’a jamais été d’actualité.

Confronté au phénomène au quotidien, Pep Guardiola a vite fait comprendre à ses dirigeants que, si KDB était encore lié à City jusqu’en 2021, verrouiller un peu plus le contrat du milieu de 26 ans était une double nécessité. Parce que le Catalan est persuadé que le Gantois va encore élever son niveau.

Mais aussi parce que cette prolongation est un message fort envoyé à d’éventuels courtisans : De Bruyne n’a pas de prix puisqu’il n’y aura pas de clause libératoire dans son nouveau bail, dont la signature sera entérinée début janvier, une fois que le calendrier sera moins dense.

En plus d’être prolongé, ce nouveau contrat va aussi être fortement revalorisé. Début octobre, lorsqu’il a évoqué pour la première fois de sujet, Patrick De Koster ne s’en était pas caché sur les ondes d’une radio italienne : "Le salaire de Kevin ? Quand vous voyez combien sont payés Neymar et Mbappé, vous pouvez imaginer ce que ce sera."

Les futurs émoluments du Diable ne vont pas atteindre ceux des deux Parisiens, mais ils vont faire de lui le joueur le mieux payé de l’histoire de Manchester City, devant Sergio Agüero et Yaya Touré, qui touchent une base de 240.000 euros bruts par semaine.

Concrètement, De Bruyne perçoit actuellement environ 130.000 euros bruts par semaine.

À cette base salariale s’ajoutent différents bonus sur le droit à l’image et s’il joue au moins 60 % des matchs de City (2,26 millions d’euros) et d’autres bonus indexés sur les trophées collectifs (championnat, coupes et Ligue des Champions) et individuels (classement au Ballon d’Or, joueur de l’année) remportés, qui peuvent là aussi atteindre un maximum de 2,26 millions.

Son nouveau contrat va suivre la même trame avec une base nettement plus élevée estimée par plusieurs sources entre 225.000 et 300.000 euros par semaine. Et les fameux bonus vont eux aussi être revus à la hausse, ce qui pourrait lui rapporter très gros au final vu la saison que le joueur et son équipe sont en train de réaliser.

© D.R.