Ménagé samedi contre Charleroi, Milan Jovanovic fera son retour dans le onze de base du Standard pour le déplacement à Hambourg, demain soir. "Après mon opération au genou, j’ai travaillé dur pour revenir. Cela m’a fatigué. Le fait de ne pas avoir joué samedi me rend plus frais pour Hambourg. Ce match est plus important que les playoffs 2", commente le Serbe. "Si le Standard n’est pas champion, rien ne peut sauver le championnat. Pas même un ticket européen. La Coupe d’Europe ne compense pas notre échec dans la compétition. Mais notre parcours en Europa League est déjà une réussite. Même si on ne passe pas Hambourg. Cela dit, on a la possibilité de passer et, même si ce sera difficile, j’y crois."

Ne parlez pas à Milan Jovanovic de la crise que traverse Hambourg. Ou de ses lacunes dans l’axe de la défense. Ou des blessures qui privent l’équipe allemande de titulaires importants, comme Eljero Elia. "Vu son budget, largement supérieur à celui du Standard, Hambourg a un noyau suffisamment étoffé. Ils ont pu attirer des joueurs comme Zé Roberto, van Nistelrooy, Jarolim ou Trochowski Les Allemands ont éliminé Anderlecht qui, cette année, est supérieur, ou en tout cas en meilleure forme, que le Standard. Enfin, le fait de pouvoir jouer la finale à domicile leur donne une motivation supplémentaire. Bref, ce sera un gros morceau . J’ai discuté avec des agents mandatés par le HSV. J’étais très proche d’un accord, mais je n’ai jamais signé, comme cela a été écrit dans la presse allemande. J’ai attendu et j’ai choisi mieux : Liverpool, c’est le top. Hambourg est aussi une très bonne équipe elle fait partie du "Top 4" de la "Bundesliga" qui est le meilleur championnat après la "Premier League" ."

Cependant, hier, la presse anglaise annonçait que le transfert de Milan Jovanovic à Liverpool avait du plomb dans l’aile. En fait, il ne s’agit que d’un détail administratif. "Je sais très bien quelle est la situation. J’ai signé un contrat - pas un pré-contrat - de trois ans et j’ai réussi les tests médicaux. Mais je savais aussi que je devais obtenir le permis de travail, indispensable pour pouvoir jouer en Angleterre. Ce n’est qu’une question de temps. Je l’aurai seulement après la Coupe du Monde."

Quoi qu’il en soit, malgré les atouts du HSV, le buteur veut croire aux chances du Standard. "Il faut marquer là-bas. 0-0, c’est dangereux. On a éliminé Salzbourg, champion d’Autriche, et le Panathinaïkos, champion de Grèce. Pourquoi ne pas passer encore un tour? Je veux gagner l’ Europa League. Il ne reste que quatre matches avant la finale. Peu importe qui se mettra en évidence, on ne retient pas ce genre de détail. Ce qui compte, c’est que le Standard passe. Si on est en demi-finale, tout le monde s’en souviendra."