La chambre de football professionnel du comité d'appel de l'Union belge de football (URBSFA) a réformé vendredi la décision prise mardi en première instance par le comité sportif (suspension effective jusqu'au 23 novembre) concernant Axel Witsel (Standard) qui blessa Marcin Walisewski dans un contact au match Anderlecht-Standard dimanche lors de la 5e journée du championnat de Belgique. Elle a mué la sanction de date à date en un nombre de matches de suspension : huit, c'est le maximum autorisé en l'occurrence par le règlement. L'amende (anecdotique) a été divisée par 10 : elle est de 250 euros et non 2.500 comme décidé par le comité sportif.

Le comité d'appel satisfait ainsi la demande de Pierre François, directeur du Standard, qui dans sa plaidoirie, avait demandé une suspension d'un nombre déterminé de matches, sachant pertinemment qu'elle serait alors de 8 matchs maximum et non de 11 comme décrété par le comité sportif. Le parquet avait auparavant requis une peine "exemplaire" pour dissuader les joueurs violents d'un comportement agressif. "Pour un joueur pro, les amendes, n'ont que peu d'importance", a dit le procureur. "Seules les touchent les suspensions effectives. Nous réitérons donc notre réquisitoire : le 23 novembre est la date à laquelle le parquet estime qu'Axel Witsel pourrait rejouer. Le renvoi à la Fifa et l'Uefa de la sanction, pour information, n'est pas utile à notre sens puisqu'elle n'est pas prévue aux règlements".

Dans sa plaidoirie, Pierre François apporta peu d'éléments nouveaux. "L'arbitre parle de faute grossière. Point final". Et l'ancien avocat liégeois de remettre au comité un rapport d'un médecin expert judiciaire ès accidents (Dr Matagne) qui conclut à une totale absence d'intention de blesser et de faute volontaire.

"Beaucoup se sont étonnés que le fait d'être international ou Soulier soient des circonstances aggravantes. En 76 matches de D1 ces dernières années, Witsel n'a jamais été exclu et s'est fait montrer 10 cartes jaunes. Je pense qu'une justice qui veut faire des exemples à tout prix n'est pas une bonne justice. Le comité sportif voulait que la suspension d'Axel l'aide à changer de mentalité. J'espère qu'il n'en sera rien car sa mentalité a toujours été excellente", a dit Pierre François.

Une plaidoirie en très grande partie entendue. La décision du comité d'appel devrait (la direction du club de Sclessin n'a pas encore statué) être acceptée et il n'y aurait donc pas de pourvoi en évocation.