John van den Brom avait promis d’aligner une équipe-type lors du tournoi triangulaire disputé hier par Anderlecht face à Southampton et Arsenal. Il a tenu promesse ! Comme son équipe, qui a montré de bonnes choses, face à ces deux équipes de Premier League .

Les absences de Mbokani et de Jovanovic, dont les visas n’ont pas pu être réglés à temps, profitaient à De Sutter et, indirectement, à Praet, puisque Reynaldo glissait à gauche et Gillet à droite, relate la Dernière Heure. Mais le principal enseignement à tirer de ce onze de base était défensif. Le T1 mauve juge visiblement le Saoudien Hawsawi encore trop court et il a dès lors placé Wasilewski et Deschacht dans l’axe, avec Odoi et Safari sur les flancs.

Les choix de van den Brom tiennent la route car sur l’ensemble de ses deux parties, Anderlecht se montra convaincant.

D’abord pendant le premier match de 45 minutes contre Southampton (voir ci-dessous) mais aussi contre Arsenal, malgré la défaite.

Les Gunners s’étaient, hélas, présentés avec une équipe B contre Anderlecht. Seul Gibbs, l’arrière gauche, a l’habitude d’être titulaire. Gervinho resta sur le banc, mais Deschacht et Wasilewski durent tout de même se farcir Marouane Chamakh. Ils le neutralisèrent plutôt bien, sauf quand Wasyl le laissa partir en profondeur et c’est alors Proto qui dut s’interposer.

Anderlecht finit tout de même par encaisser sur un centre venu de la droite, dont profita Lansbury, oublié par Wasilewski et Odoi.

l’efficacité fut pourtant le seul domaine dans lequel Arsenal fut meilleur hier soir. Anderlecht a en effet fait mieux que tenir tête aux Gunners . Les Bruxellois ont eux aussi eu deux occasions très franches : après cinq minutes, Gillet se retrouvera à 25 mètres d’un but déserté par le gardien mais il manqua sa reprise et le but de De Sutter dans la foulée fut logiquement annulé pour hors-jeu. Plus tard, Reynaldo s’infiltra joliment dans le rectangle mais sa frappe fut contrée in extremis par un Gunner …

Le réalisme est bien la marque des grands clubs, même quand ils sont privés de leurs stars.