Le président du Sporting d'Anderlecht, Roger Vanden Stock a affirmé avec force que son club n'était en rien concerné par un possible scandale de paris lié à la rencontre entre les Bruxellois et St-Trond le 26 avril dernier. Dans son édition parue mercredi, Sport Foot Magazine affirme que des sommes anormalement élevées ont été misées en Chine sur cette rencontre de championnat.

"Anderlecht n'est absolument pas concerné par cette affaire, sous quelque forme que ce soit", a martelé Roger Vanden Stock mercredi lors d'une conférence de presse organisée pour l'occasion. "Si elle a lieu, nous collaborerons pleinement à l'enquête pour tenter de faire la lumière sur cette affaire. Mais l'intégrité du club ne peut en aucun cas et d'aucune manière être remise en question de cette façon. C'est trop facile. Et je suis prêt à aller en justice. Si ces informations sont exactes, l'affaire doit être éclaircie le plus rapidement possible."

Sport Foot Magazine écrit qu'un total de 1,2 millions de dollars, soit 778.000 euros, aurait été misé en Chine sur ce match de la 32-ème journée. Le montant misé est anormalement élevé.

Le maximum misé sur une rencontre du championnat de Belgique a atteint 400.000 dollars cette saison. Pour rappel, le déroulement du match avait vu St-Trond ouvrir la marque à la 7e minute. Les Bruxellois avaient du attendre la 80-ème minute pour égaliser par Frutos, Boussoufa (82), et puis Frutos encore (84, 86) avaient fixé les chiffres à 4 buts à 1.

"J'ai été contacté il y a une dizaine de jours par Michel D'Hooghe (FC Bruges)", raconte le président anderlechtois qui n'apprécie que fort peu la manière dont cela s'est passé. "Il m'a raconté que quelqu'un lui avait signalé que des paris suspects avaient porté sur la rencontre entre Anderlecht et St-Trond. Il m'a rappelé plus tard, c'est ma femme qui a pris le téléphone, pour dire que c'était une mauvaise blague, que ce n'était rien et que je ne devais pas m'en faire.

Vous imaginez que ma surprise fut grande quand j'ai lu ce qui était relayé sur le teletexte et dans Sport Foot Magazine. Laissez-moi être très clair: Anderlecht n'est absolument pas concerné par cette affaire, sous quelque forme que ce soit."

Le président du Sporting d'Anderlecht reste aussi perplexe sur le fait que "cette personne, Karl Dhont (spécialiste des paris qui a attiré l'attention sur le montant misé sur le match en question), que je ne connais pas, a pris contact avec le FC Bruges et Michel D'Hondt, mais absolument pas avec la fédération, la ligue pro, Anderlecht ou St-Trond. Pourquoi ? Cela me semble une question fondamentale..."