Le Standard qui reprend la tête du championnat en brillant à Westerlo, le Standard qui balaie Anderlecht au Soulier d’Or, le Standard qui est le seul club à survivre en Coupe d’Europe : on n’entend plus parler que des Rouches, ces derniers jours. Et pourtant, l’Anderlechtois le plus populaire - Jelle Van Damme, indisponible jusqu’à la fin février - d’affirmer : "On a autant de qualités que le Standard"

Cela signifie qu'Anderlecht reste votre favori au titre ?

Avez-vous déjà regardé nos programmes ? On reçoit le Standard et Bruges, que je n’exclus pas encore pour la première place. Et le Standard aura un programme plus chargé, vu ses matches européens. On a tout en mains. Si on n’est pas champions en mai, on ne devra s’en prendre qu’à nous-mêmes.

Le Standard a écrasé Anderlecht au Soulier d'Or.

Cela ne me dérange pas du tout. Puisque le Standard joue la Coupe d’Europe, ses joueurs ont pu se montrer dans des grands matches. Peu importe. Au Soulier d’Or, il n’y a qu’une place qui compte, et c’est la première.

Vous étiez 13e.

Avec 14 points, je le sais. Pas mal, puisque j’ai loupé le début et la fin du premier tour. Mais ce Soulier d’Or, ce n’est pas mon truc. Je n’irai jamais à la remise, sauf si je suis un grand favori. C’est un grand show où on voit des gens dont on se dit : "Quel est leur lien avec le football ?"

Reparlons de votre lutte avec le Standard. Vous ne pouvez nier qu'ils jouent mieux...

Quand ? Surtout dans les matches européens. Pourquoi ? Parce que leurs adversaires ont un meilleur niveau et jouent aussi au football. Quand est-ce qu’Anderlecht a joué ses meilleurs matches la saison passée ? En Coupe UEFA, comme contre Bordeaux.

Ne fâchez pas Bölöni, il vous apprécie fort.

Je le sais, et c’est réciproque. C’est un type de classe, comme coach mais aussi comme homme. Il m’a l’air de quelqu’un de très calme, comme Jacobs.

Dante n'a pas encore été remplacé, à l'arrière gauche du Standard.

Je vois où vous voulez aller. Non, je n’irai pas au Standard. Et certainement pas en étant anderlechtois. Je me sens trop bien ici. Je veux encore rester un bon petit temps ici.