Comme chaque année, "Sports Marketing Surveys Belgium" (SMS) a réalisé une analyse complète des retombées télévisées de l'ensemble des clubs de la Jupiler League lors du championnat 2007/2008 (les Coupes de Belgique et d'Europe ne sont pas prises en compte dans cette étude). SMS nous a autorisés à en publier un résumé intéressant.

Cette société analyse aussi pour ses clients la visibilité des marques ou firmes qui sponsorisent les différents clubs. Ce classement prend en compte l'ensemble des chaînes nationales et hertziennes belges (francophones et flamandes) y compris Belgacom TV qui détient l'exclusivité des droits du "live" de la Jupiler League . Cela comprend également tous les types de programme tels que les directs, les différés, les magazines spécialisés (Studio 1), les magazines sportifs généraux et les journaux télévisés (ne prenant pas en compte les programmes en boucle).

La méthodologie appliquée impose la seule prise en compte des images diffusées de matchs et non des débats ou autres commentaires lors des journaux télévisés. Pour Belgacom TV, les retombées des clubs tiennent compte de tous les matchs en direct mais uniquement faisant partie du "Top Foot" et no n en "pay-per-view" (sur lequel Belgacom est particulièrement discrète). Uniquement les matchs offerts au plus grand nombre des abonnés ont été comptabilisés.

Globalement, la comparaison entre le pourcentage des montants perçu par club et le nombre d'heures de son passage au petit écran tient la route. Anderlecht, qui a squatté 11,2 pc des images du foot à la télé, n'a touché que 9,9 pc des droits. Il en va de même des sept premiers classés de ce tableau des retombées télé. Germinal Beerschot (8e) a touché davantage (6,8 pc du contrat) alors que son passage sur le petit écran s'est limité à 4,8 pc des images foot en Belgique. Le pompon revient à Westerlo, le moins vu à la télé (2,1 pc) mais qui a touché 5,7 pc des 36 millions du contrat.

Ces anomalies sont dues au mode de calcul de répartition des droits entre les clubs, dont certains paramètres s'étalent sur plusieurs années, comme la moyenne du classement des cinq dernières saisons, d'autres paramètres étant fixes (par solidarité chaque club touche 500 000 euros par saison).