Les partages étaient à l'honneur ce week-end puisque dans cinq des huits rencontres disputées pour le compte de la vingtième journée, les deux adversaires n'ont pu se départager. Les exceptions : Anderlecht qui, comme d'habitude pourrait-on dire, a gagné (1-3 à Saint-Trond), un match de milieu de classement (Gand - Westerlo 0-2) et la victoire du Cercle sur Charleroi, mais celle-ci pourrait être remise en cause.

Le Standard reste donc bien calé dans son siège de dauphin, avec une avance confortable sur le troisième mais est toujours largué par Anderlecht. Cette situation fait-elle tomber la pression à un niveau trop bas ? Toujours est-il que les Liégeois ont concédé leur troisième partage consécutif, à Mons cette fois, et ne sont pas aussi impressionnants que le laisse augurer leur place au classement.

Tout avait bien commencé pour les hommes de Dominique D'Onofrio, puisque après moins de dix minutes, Mumlek - que les défenseurs locaux avaient laissé œuvrer - avait déjà ouvert la marque. Pendant le quart d'heure qui suivit, les visiteurs allaient encore être dans la partie, mais ensuite, ils furent victime d'un relâchement, croyant peut-être que les trois points étaient déjà dans leur escarcelle.

En deuxième mi-temps surtout, le vent aidant aussi, le ballon était bien plus souvent dans les parages de Carini que dans ceux de Van de Putte et sans un réflexe de leur gardien et un sauvetage de Riise sur la ligne, la parité au marquoir aurait été rétablie plus tôt. Avant que, à quatre minute du terme, Wamberto ne soit accroché dans le rectangle et convertisse le penalty consécutif à cette faute. A 1-1, les Montois crurent même à l'exploit, mais ils n'eurent pas le temps de décrocher les trois points.

Genk pouvait profiter de ce faux pas Liégeois mais, comme la semaine dernière, les Limbourgeois ont trébuché. Certes, ce ne fut pas une humiliation, et il y a cette fois un point à la clef. Mais contre le Germinal Beerschot, au Fenixstadion, l'objectif était certainement d'en récolter trois. Si les Anversois étaient venus pour défendre, Moons et sa désormais célèbre oreillette étaient mis en danger par les contre-attaques. La trouvaille technologique était d'ailleurs peut-être la plus belle atraction du jour pour les reporters de la BBC qui s'étaient déplacés spécialement pour elle.

Il n'empêche, les Limbourgeois dominaient de manière plus que stérile mais ont dans leurs rangs des buteurs. L'un d'entre eux, Roussel, rappela toute son utilité en ouvrant la marque après la pause, alors que ses équipiers avaient enfin haussé leur niveau de jeu. Une joie de courte durée puisque il fallut à peine dix minutes à Cooreman pour rétablir l'égalité. 1-1, c'était le score du soir, il ne changera pas...

Le colocataire de Genk, Heusden, se déplaçait à l'Antwerp dans un match importantissime pour le maintien. On sait que les promus offrent généralement un jeu agréable dont le mauvais classement ne reflète pas forcément la qualité. Ils l'ont encore prouvé en début de partie, prenant méritoirement l'avance via De Camargo. Ce n'est que peu avant la pause que les Sinjoren donnèrent l'impression qu'ils se rendaient compte de l'importance de l'enjeu. Une pause qui dura plus d'une demi-heure car, à cause du vent violent, des morceaux du toit d'une des tribunes s'effritaient et il a fallu déplacer les spectateurs qui s'y trouvaient. Encore un point qui ne va pas faciliter la demande de licence des Anversois.

Marc Grosjean profita certainement de ce temps supplémentaire pour mettre les choses au point et lança au jeu deux nouveaux venus : Pivaljevic, qui connaît bien Deurne pour y avoir évolué dans le passé, et Bardsley, un transfuge de Manchester United. Le match changea alors de physionomie, au profit de l'équipe locale, et prit à des moments des allures presque comiques alors que les pauvres joueurs n'étaient pas capables de donner un coup de pied arrêté puisque le vent emportait le ballon à peine était-il posé...

C'est un autre joueur prêté par l'équipe anglaise qui offrira un point au matricule 1 : Johnson. Il était là aussi trop tard pour en demander plus mais si l'Antwerp se sauve, il pourra certainement remercier Sir Alex et les siens...

Autre équipe menacée, mais de moins en moins, Lokeren se déplaçait à Beveren pour le cinquantième derby du pays de Waas entre les deux formations en D1. Après un début laborieux, Pehé conclut la plus belle action du match, amorcée par Diallo et Kaiper, pour donner l'avance aux jaune et bleu. Dominateurs jusqu'à la pause, ils furent vite rejoints au score après celle-ci, Tailson marquant son troisième but en autant de parties pour Lokeren. Le score, là non plus, n'allait plus changer.

Westerlo est allé gagner 0-2 à Gand et n'arrête pas d'étonner malgré une grande discrétion. Pourtant, ce sont les joueurs locaux qui ont dominé la partie, mais ont péché en créativité et en réalisme. Après dix minutes en première mi-temps, Dosumnu faisait 0-1. Après le même temps en seconde période, Janssens doublait l'avantage des siens. Et comme il était dit qu'on marquerait deux buts dans tous les stades de l'élite ce samedi, le score ne changera pas là-bas non plus...

Les équipes qui jouaient ce dimanche savaient qu'elles pouvaient réaliser une opération juteuse. En déplacement au Lierse, Mouscron a pourtant imité ses concurrents de la veille. Ce n'est pas faute d'avoir essayé et même mené, par deux fois, à la marque. Mais à chaque fois, les hommes d'Emilio Ferrera ont rétabli l'égalité. Zewlakow avait profité d'une mauvaise remise en retrait pour ouvrir le score mais De Bilde, dans un grand jour, fit 1-1 d'un superbe tir des 20 mètres. Peu avant la pause, un tir de Pieroni sur la transversale fut poussé au fond des filets par Laybutt pour donner l'avance aux visiteurs à un moment dit psychologique.

Sur un terrain en très mauvais état (pour les deux équipes, et comme le disait Steve Dugardein, le Lierse est peut-être davantage à plaindre car il doit y jouer toutes les deux semaines), la rencontre restait agréable malgré les nombreuses chutes. Et De Bilde, dont c'était le jour, offrit le but de l'égalisation à son presque homonyme De Wilde. Et là aussi, les deux formations se quitteront dos à dos.

Dans le bas du classement, Charleroi pouvait réaliser une opération en or au Cercle, qui de son côté sent de plus en plus le souffle des menacés. Les zèbres qui, pour l'occasion, n'avaient pas revêtu de maillot rayé, se détachèrent rapidement : après une minute et un bel arrêt de Begeyn, Gilson prolongea de la tête un corner dans le but. Malgré sa bonne volonté, l'équipe locale n'était guère dangereuse et c'est même Detal qui fera 0-2 après le repos.

Cependant, le match allait basculer lorsque l'arbitre siffla un coup franc indirect suite à une passe de la cuisse vers Laquait, qui prit la balle en mains. Faute ou non ? Toujours est-il que les Brugeois profitèrent de l'occasion pour revenir à 1-2 par Vlahos. Soudainement, les Carolos, qui avaient pourtant toujours les trois points en poche à ce moment de la partie, perdirent le fil du match et Jbari puis Notte inversèrent la tendance. Cependant, une réserve a été émise à l'encontre de l'arbitre et le résultat pourrait être remis en question.

Dans le match de la soirée, Anderlecht est allé gagner 1-3 à Saint-Trond. Quelles que soient les circonstances, les Bruxellois enchaînent les victoires et creusent l'écart sur leurs lointains poursuivants. Et l'enfer du Staaien n'y a rien changé, l'absence conjuguée de Mornar et Aruna non plus.

Seol, qui reçoit en ce moment sa chance à l'attaque, la saisit à pleine mains puisque pour le deuxième semaine consécutive, il a ouvert la marque pour ses couleurs. Il lui fallut cette fois une demi-heure et non 14 secondes. Saint-Trond restait menaçant mais lorsque Kompany marqua son premier but en D1 à l'heure de jeu pour faire 0-2, le sort était jeté. Et même si Janssen réduit l'écart dans les secondes suivantes, Anderlecht avait l'emprise sur la partie et Tihinen fixa même les chiffres à 1-3.