Enfin ! Le Sporting tient le médian axial qu'il cherchait depuis si longtemps. Hier, après avoir passé les tests médicaux, l'international tchèque Jan Polak a signé un contrat de quatre ans en faveur d'Anderlecht.

Comment les dirigeants du Sporting sont-ils parvenus à le convaincre ? Le salaire offert par les "Mauves" a joué un rôle important mais Polak lui-même motivait son choix autrement : "Je voulais rester un mois à Nüremberg avant de faire le point sur ma situation, confiait le Tchèque hier. J'en ai conclu que j'aurais plus de chances de jouer ici, à Anderlecht. Je veux continuer à progresser dans ma carrière et ce grand club constitue une étape idéale, grâce à laquelle j'espère pouvoir disputer la Ligue des Champions. J'aimerais aussi beaucoup remporter un titre de champion national."

Daniël Zitka, chargé de mettre la pression sur Polak, aura finalement bien rempli son rôle. Mais il ne fut pas seul. "J'ai également discuté d'Anderlecht avec Jan Köller et il ne m'a dit que du bien d'Anderlecht, de ses supporters et de son stade. Daniël Zitka m'a dit qu'il m'aiderait à m'intégrer ici. C'est toujours plus facile d'avoir un compatriote dans ces cas-là... Sur le plan physique, je ne me fais aucune inquiétude : j'ai vécu une excellente préparation avec Nüremberg et je suis au point."

L'international tchèque débarquera pratiquement en terre inconnue en Belgique. "Outre Daniël, je connais tout de même trois autres joueurs du Sporting : Goor et Van Damme, qui ont joué en Allemagne, et Mbo Mpenza, un nom connu sur la scène internationale."

Faire signer un joueur avec un tel CV pour une durée de quatre ans est un joli coup réalisé par la direction du Sporting. "Je n'étais pas opposé à un contrat de cette durée. Signer jusqu'en 2011 a un côté sécurisant, tant pour la direction que pour moi." Lorsqu'un journaliste interrogea Polak sur son rôle de médian "box-to-box" dont les médias belges ont tant parlé, le nouvel Anderlechtois fronça les sourcils. "Un box-to-box" ? Mais qu'est-ce que c'est ?" Herman Van Holsbeeck s'empressa de lui expliquer, ce qui fit sourire le Tchèque. "Je ne vais pas trop parler de mon rôle dans l'équipe car je viens à peine de débarquer. Je vais me concentrer sur mon intégration."

Des négociations difficiles

Herman Van Holsbeeck n'était pas peu fier au moment de présenter Jan Polak à la presse hier : "Cela faisait quatre ans que notre cellule de scouting nous le recommandait, donc avant même son passage en Bundesliga. Polak peut apporter un réel plus à Anderlecht, nous en sommes convaincus."

Philippe Collin, secrétaire général, concéda que les négociations avaient été très compliquées. "Les probabilités de le voir signer chez nous ont fait les montagnes russes : un jour, il était très proche et le lendemain, la piste était presque effacée. Nous avons déjà connu des négociations ardues en Argentine mais ce transfert fut pas mal dans son genre. Il n'y a pas de secret : la difficulté de réaliser un transfert va toujours de pair avec la valeur du joueur."

Jan Polak (26 ans, 1m81) sera chargé d'apporter plus de puissance à l'entrejeu anderlechtois. Petit bémol : il n'a marqué que trois buts la saison dernière. Les "box-to-box" modernes, comme Lampard ou Gerrard, marquent tout de même davantage...