MOLENBEEK Mais que se passe-t-il donc avec Anderlecht? De semaine en semaine, son niveau de jeu baisse. Jusqu'à présent, la série de mauvais matches n'avait coûté que deux unités au Sporting (le 3-3 à Genk), mais samedi, les Mauves ont perdu deux points supplémentaires qui pourraient coûter cher au décompte final. Contrairement à ce qu'on aurait pu croire après la première journée (6-0 contre La Louvière dans le seul match de championnat où Anderlecht a brillé), le Sporting ne va pas dominer cette Jupiler League de bout en bout. Et s'il ne parvient pas à se surpasser en Ligue des Champions, on peut craindre un nouveau 0 sur 18 humiliant comme la saison passée.

Tout le monde - Franky Vercauteren y compris - était d'accord de dire que le résultat de Brussels-Anderlecht était logique. «Nous ne méritions pas de gagner, lâcha le coach anderlechtois. Nous n'étions pas dans le match dès le début de la rencontre. On n'a jamais su ennuyer le Brussels, qui a très bien joué et qui a fait ce qu'il devait. Nous étions peu présents. Certains joueurs n'ont pas atteint un niveau individuel raisonnable. La raison? Un manque de fraîcheur, ce qui est normal. J'aurais vou- lu mettre certains autres joueurs au repos mais je ne pouvais pas les mettre tous sur le banc. Je ne crois pas qu'il s'agisse d'une mauvaise volonté de mes joueurs mais il faudra qu'on se pose certaines questions.»

Une des questions pourrait être: est-ce que le choix des gardiens de Vercauteren est le bon? Le coach jure par un système de rotation mais, jusqu'à présent, les gardiens ont prouvé qu'il avait tort. Proto avait deux buts pour sa pomme à Genk, Zitka était tout sauf blanc sur le coup franc de Lampard à Chelsea. Samedi, c'était donc au tour de Proto de relancer la polémique. «C'était un ballon difficile à négocier, disait Franky Vercauteren, qui protégeait son gardien. Il a rebondi très étrangement devant Silvio, et il a vu venir le tir très tard. Qui plus est, Silvio prétend qu'il a touché le ballon et qu'il n'y avait donc pas de penalty. Quand je vois la phase à la télé, je suis tenté de dire la même chose.»

Des questions concernant le choix de Vercauteren pour Proto furent renvoyées à l'expéditeur. «Je ne réponds plus à ces questions-là.»

Des questions au sujet du manque de spectacle pendant le match furent parées de la manière suivan- te: «Il y a des pays où on trouve cela très bien quand il n'y a pas beaucoup d'occasions dans un match, mais en Belgique, on n'accepte pas. Il y a quand même eu du suspense et de l'ambiance jusqu'à la fin, non?»

© Les Sports 2005