GAND Le championnat est terminé: Bruges est champion. Le nul blanc d'Anderlecht à La Gantoise hier midi - quel mauvais match des Mauves ! - a repoussé le Sporting à quatorze points de la première place. Même si Anderlecht gagne ses deux matches de retard face à Mons et La Louvière, l'écart serait de huit points.

Van Holsbeeck: «Donnez-moi

24 heures pour réfléchir»

«Cela sera très difficile de refaire ce retard, puisque Bruges ne commet pas d'erreur», avouait Herman Van Holsbeeck après le match. «On n'a plus notre sort entre nos mains. Je ne jette pas l'éponge, mais je suis réaliste.»

C'était la première fois que Van Holsbeeck était si pessimiste. Mais le manager ne voulait pas s'exprimer sur le sort d'Hugo Broos. «Cela ne fait que vingt minutes que le match vient de s'achever. Je ne vais pas livrer de réaction émotionnelle. Donnez-moi 24 heures de temps de réflexion. On va bien réfléchir.»

Seulement voilà, il est peu probable que Broos ne mène plus l'entraînement aujourd'hui. Les deux hommes forts d'Anderlecht - le président Roger Vanden Stock et le secrétaire général Philippe Collin - sont en vacances toute la semaine. Ils n'étaient même pas au match, hier. Mais il est clair que ça chauffe à nouveau pour Broos.

Évidemment, Broos refusait de féliciter Bruges pour son 13e titre. «D'accord, ce sera difficile, mais on peut toujours compter sur une période de faiblesse de Bruges», disait Broos. «Et si on gagne ces deux matches de retard, l'écart sera déjà beaucoup moins important. Tout est encore possible.»

Quant à sa position personnelle, Broos parait chaque question par un «Pas de commentaire. On avait quand même déjà écrit que je serais viré, il y a trois semaines?»

Seulement, hier, Broos avait surpris les 12.000 spectateurs en n'effectuant aucun changement, alors que plus de la moitié des joueurs méritait d'être remplacé. Zetterberg, Mpenza, Aruna, Wilhemsson, Grégoire: ils étaient absents. Nenad Jestrovic est resté - comme contre Beveren - 90 minutes sur le banc, alors qu'à Anderlecht il manquait clairement un tueur dans le rectangle. «C'est vrai, je n'ai effectué aucun remplacement», répliquait Broos, visiblement piqué. Était-ce parce que Jestro avait déçu en équipe réserve, vendredi? «Jestrovic n'était pas mauvais, vendredi, mais Iachtchouk non plus, Traoré non plus et Legear non plus.»

Attention à Genk!

Pourquoi alors, Anderlecht était-il si faible à Gand? Ce n'est que dans les cinq dernières minutes que le Sporting se montrait dangereux, sur une tentative d'Aruna, détournée par Herpoel. «Le terrain était trop mauvais pour pouvoir jouer au football comme on le veut, avec une bonne circulation de balle», disait Broos. Mais il n'y avait pas que le terrain qui était mauvais. On aurait dit que Gand voulait plus la victoire qu'Anderlecht. Les hommes de Georges Leekens étaient plus rapides sur le ballon et combinaient mieux. En toute fin de match, il fallait un magnifique arrêt de Van Steenberghe pour empêcher Lukunku de marquer le but victorieux. Le nul était logique, mais le niveau de jeu était triste. En déplacement, Anderlecht ne vaut vraiment rien. On aurait dit que les joueurs avaient déjà abandonné le titre. Qu'ils fassent bien attention que le Standard et Genk (à égalité de points avec deux matches de plus) ne jouent pas un mauvais tour à Anderlecht dans la chasse au deuxième ticket de Ligue des Champions.

d'un titre de champion de Belgique. (BELGA)

© La Libre Belgique 2005