L'information que "Sport/Foot Magazine" dévoile dans son éditio n d'aujourd'hui risque de faire du bruit. L'hebdomadaire révèle en effet que le match entre Anderlecht et Saint-Trond (4-1) du 26 avril est suspecté d'avoir fait l'objet d'énormes paris en Chine.

Selon des sources asiatiques, un montant total de 1,2 million de dollars a été misé sur cette rencontre (soit 778000 euros). Ce montant a tout de suite éveillé des soupçons car jusqu'alors, cette saison, le total des paris sur une rencontre de Jupiler League n'avait jamais dépassé les 400000 dollars (258000 euros).

D'après ces mêmes sources, la plupart de ces paris étaient gagnants si Anderlecht s'imposait avec trois buts d'écart. Pour rappel, Saint-Trond avait mené 0-1 jusqu'à la 80e minute, jusqu'à ce que les Bruxellois trouvent la faille et inscrivent quatre buts en six minutes.

Toujours selon "Sport/Foot Magazine" , Karl Dhont, l'expert en paris et source fiable lors de l'affaire Ye, aurait informé de ces paris anormaux Michel D'Hooghe, le président du Club de Bruges, et la Ligue Pro. Et le président brugeois aurait alerté l'Union belge.

"Il semble qu'il s'agisse des mêmes réseaux de paris que lors de l'affaire Ye, a commenté Dhont. Ces filières sont le fait de véritables professionnels et sont très difficiles à remonter. Les bookmakers asiatiques sont tout sauf des ânes : ils savent très bien ce qu'ils font ! De si fortes sommes misées en si peu de temps sont en tous les cas la preuve qu'il s'est passé quelque chose."

Après la rencontre, les Trudonnaires s'étaient plaints de ne pas avoir reçu un penalty pour une faute sur Chimedza et estimaient que certains buts du Sporting étaient entachés de fautes. "Moi, je n'ai rien vu d'anormal", observe Jeurissen, président de la Commission Centrale des Arbitres. "Je n'ai aucune raison de mettre en doute l'intégrité du corps arbitral de cette rencontre."

Le parquet de l' Union b elge va se pencher sur une nouvelle affaire dont le football belge se serait bien passé.