Anderlecht veut marquer

Football

Yves Taildeman

Publié le - Mis à jour le

Anderlecht veut marquer
© Photonews
17 h 25, hier à Anderlecht. Le noyau vient de terminer son échauffement sur le terrain B et se rend vers le terrain A pour l’entraînement à huis clos. A part Legear et Lukaku, qui nous disent bonjour avec un grand sourire, les autres joueurs regardent droit devant eux, avec un visage sérieux. Une heure plus tôt, en salle de presse, Ariël Jacobs donne sa conférence. Pour la première fois de la saison, la petite salle est complètement remplie de journalistes et de caméras. Eh oui : même s’il reste encore 32 équipes dans la compétition, Anderlecht joue un gros match de prestige, ce soir au Parc Astrid. Si Anderlecht défend à la perfection (tout comme le Standard et Bruges, d’ailleurs), il se qualifiera pour les 8es de finale. Mais le Sporting doit-il tout miser sur le zéro ? "Non, assène Ariël Jacobs. On ne montera pas sur le terrain en se disant : "On doit être prudents." L’objectif est de marquer et de gagner. Jouer pour un nul, ça n’existe pas. On ne veut pas miser sur la contre-attaque." Mais de là à dire que le Sporting se sent prêt à ridiculiser Bilbao "Tout le monde évoque la force de Bilbao devant son propre public, où il démarre ses matches à fond. Mais j’ai l’impression qu’on pense que c’est la seule qualité de l’Athletic. C’est faux. Les statistiques démontrent que Bilbao est presque aussi fort en déplacement. Le club a un style de jeu et des joueurs qui peuvent être redoutables hors de ses propres installations." Dont un certain Llorente. "Bilbao est un bloc solide, avec quelques individualités, dont Llorente. Je me réjouis du fait qu’il n’ait pas marqué contre nous. Il a mis un but à Tenerife, le week-end passé. J’espère que cela lui suffira." Jacobs a également fait rire son audience quand on lui a demandé le pourcentage de chance de se qualifier. "C’est du 49-51. Mais je ne dirai pas à qui je donne 49 % et à qui 51 " Un des Mauves les plus en vue au match aller, Jonathan Legear, croit à la qualification. "Nous ne sommes pas stressés du tout à l’idée de pouvoir nous qualifier. On y croit à fond. On abordera le match avec la même mentalité qu’à Bilbao. Si on a l’impression d’avoir tout donné, on n’aura rien à se reprocher."

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous