En l'espace de trois jours, le Sporting d'Anderlecht a par deux fois fait montre de son ambition de redevenir un grand d'Europe.

Mardi, le quotidien espagnol «El Mundo» annonçait que le Sporting avait posé sa candidature en compagnie de l'AS Roma au G-14, groupe de pression comprenant les clubs de football les plus influents d'Europe.

Cette candidature arrive après le refus de l'UEFA de donner suite au projet de l'Atlantic League, projet auquel avait pris part le club bruxellois dès le début. Les clubs écossais (Glasgow Rangers et Celtic Glasgow) avaient manifesté le désir de trouver une autre solution mais la candidature d'Anderlecht au G-14 pourrait signifier l'abandon du club belge de poursuivre la voie prônée par les Ecossais.

Jeudi, nouvelle information, concernant les installations du Sporting, cette fois. Anderlecht entend sensiblement agrandir son stade dans quelques années. Sont prévus une augmentation du nombre de places disponibles dans les tribunes (5.000 places supplémentaires), de nouveaux bureaux et un nouveau système de billetterie. Ces projets sont repris dans un dossier confidentiel que Michel Verschueren soumettait à discussion lors du Conseil d'Administration de ce jeudi.

Le Sporting a besoin d'espace, explique la direction du club sur le site Internet du RSCA. Le Stade Constant Vanden Stock est adéquat pour le championnat de Belgique, mais devient un peu étroit dès que le Sporting doit se produire sur la scène continentale. En outre, lors de ces rencontres, la présence de places assises amovibles ne permet pas l'utilisation maximale de l'espace réservé aux places debout.

Cependant, le stade se trouve coincé entre le Parc Astrid et l'avenue Théo Verbeeck: la marge de manoeuvre est infime. Mais Michel Verschueren, le manager du club bruxellois, a une idée derrière la tête: sur le parking du stade se trouve la Salle Simonet, qui pourrait fort bien disparaître.

La commune donnera son autorisation si le Sporting promet de construire un nouveau complexe sportif dans les environs du site actuel, sur lequel le champion de Belgique en titre érigerait ses nouveaux bâtiments. En outre, un troisième étage pourrait être ajouté à la Tribune 2. Le coût total des travaux demanderait au Sporting un investissement d'un milliard de nos francs. Une somme importante que le Sporting ne voudrait pas investir en vain? D'où l'idée, défendue par le Sporting, de faire évoluer la Coupe UEFA, afin de lui garantir plusieurs rencontres européennes par an.

Sur le plan sportif pur, enfin, on travaille aussi à l'avenir du club, selon deux axes essentiels: conserver intact le noyau actuel et même le renforcer. Dans cet esprit, la prolongation du contrat de Walter Baseggio et de Didier Dheedene constituent deux priorités. «Pour Walter, tout devrait aller très vite», explique Michel Verschueren. «Pour Didier, je m'attends par contre à passer de nombreuses heures à la table des négociations!»

Manifestement, la trêve hivernale n'est pas synonyme de repos pour les dirigeants anderlechtois qui profitent de cette période plus calme pour faire avancer leurs projets.

© La Libre Belgique 2000