L'attaquant Nicolas Anelka, qui a insulté son sélectionneur Raymond Domenech et a été exclu de l'équipe de France après avoir refusé de s'excuser publiquement, quittera samedi soir le camp de base en Afrique du Sud, a indiqué samedi la Fédération française de Football (FFF).

"Informé tard dans la soirée de vendredi de l'incident grave survenu durant la mi-temps du match France-Mexique, le président de la Fédération, Jean-Pierre Escalettes a demandé à Nicolas Anelka, en présence du capitaine Patrice Evra, de présenter des excuses officielles à l'opinion publique Française ainsi que de regretter ses propos devant Raymond Domenech, le staff et les 23 joueurs de l'Equipe de France", précise un communiqué de la FFF.

"Devant le refus du joueur de se livrer à des excuses publiques, il a pris la décision en plein accord avec le sélectionneur et les membres de la délégation officielle présents à Knysna d'exclure Nicolas Anelka du groupe. Ce dernier quittera dès ce (samedi) soir le camp de base de l'Equipe de France", poursuit le communiqué. "Les propos tenus par Nicolas Anelka à l'encontre du sélectionneur national Raymond Domenech sont totalement inacceptables pour la FFF, le football français et les valeurs qu'ils défendent", dénonce aussi ce communiqué.

Le journal l'Equipe a révélé ce samedi que, à la mi-temps de France-Mexique jeudi soir, Anelka a lancé au technicien national "Va te faire enculer, sale fils de pute" quand ce dernier a voulu le repositionner.

Anelka: "Ce ne sont pas mes mots"

Nicolas Anelka reconnaît "une discussion houleuse avec le sélectionneur", accepte son exclusion de l'équipe de France mais affirme que les propos rapportés par le quotidien sportif l'Equipe ne sont pas les siens, dans un entretien exclusif accordé samedi au quotidien France-Soir et reproduit sur le site du journal.

"Je tiens à préciser que les mots qui sont sortis dans la presse ne sont pas mes mots", dit Anelka.

"J'ai eu certes une discussion houleuse avec le sélectionneur mais elle s'est déroulée dans le secret du vestiaire, entre le coach et moi, devant mes partenaires et le staff. Cela n'aurait jamais dû sortir du vestiaire. Je ne sais pas à qui cela peut faire du bien de répandre de telle choses mais certainement pas aux Bleus", explique le joueur de Chelsea. "Mon but n'a jamais été de déstabiliser l'équipe de France, une institution que je respecte, poursuit-il. "J'accepte mon exclusion de l'équipe de France et je souhaite bonne chance aux Bleus contre l'Afrique du Sud".

"J'ai beaucoup de respect pour l'équipe de France, j'ai également beaucoup de respect pour tous mes coéquipiers sans exception, j'insiste là dessus", ajoute-t-il. "L'équipe de France a une grosse échéance mardi prochain contre l'Afrique du Sud, avec encore une qualification possible dans cette Coupe du monde. C'est la raison pour laquelle je préfère ne pas m'exprimer pour le moment."