ÉCLAIRAGE

Samedi, le Comité exécutif de l'Union belge va, sauf surprise, entériner le choix de la Commission technique et nommer Anthuenis coach de l'équipe nationale, solution qui arrange presque tout le monde...

1 Pour l'Union belge, Anthuenis était, avec Broos, le seul choix vraiment pris en considération. Après ce qui s'est encore passé au Japon, les fédéraux voulaient un coach sans histoire. Anthuenis, bien accepté des deux côtés de la frontière linguistique, a déjà prouvé son imperméabilité aux critiques.

2 Anderlecht n'a aucune raison de se débarrasser de son entraîneur, qui a donné satisfaction. Mais la dernière saison, ratée, laisse à penser qu'une quatrième année était peut-être la saison de trop au Parc Astrid.

3 Après l'affaire Leekens, l'Union belge ne veut surtout pas attaquer l'Excelsior Mouscron de front. Elle a donc laissé tomber la piste Broos, mais Anderlecht n'a ni les mêmes raisons ni les mêmes scrupules.

4 Le seul point d'interrogation qui subsiste à l'heure actuelle, c'est la position d'Hugo Broos. Il est très courtisé, mais il n'a jamais dit qu'il voulait quitter les Hurlus, et a même affirmé le contraire à son président.

© Les Sports 2002