C'est donc fait: Silvio Proto est Diable Rouge. Et c'est finalement Frédéric Herpoel qui en est la victime, pas Tristan Peersman. Aimé Anthuenis n'a pas voulu le dire, mais il y a de fortes chances que Peersman reste son numéro 1. «Malgré sa moins bonne forme, il ne m'a jamais déçu. J'ai mon idée, mais il faut qu'elle soit confirmée aux entraînements. Je n'exclus pas non plus que Proto joue, sinon je ne l'aurais pas sélectionné. Moons aussi était très près du noyau.»

Anthuenis, pour former son noyau, n'a réservé aucune réelle surprise. En sont donc sortis Herpoel, les suspendus Goor et Deflandre, les blessés Doll et Dufer (pourtant rétabli), De Mul et Vanden Borre qui sont renvoyés vers les espoirs. Quant à Mbo Mpenza, sa présence reste douteuse. «S'il est forfait, Dufer ou De Ceulaer pourraient le remplacer.»

Groupe solidaire

Les «nouveaux » sont: Emile Mpenza, évidemment, Baseggio, Van Damme, et les Brugeois De Cock, Englebert, Simons et Van der Heyden. «Je pourrais m'accrocher aux automatismes brugeois, a dévoilé Anthuenis. Bruges est le club en confiance, alors qu'Anderlecht ne tourne pas. J'imagine qu'on va m'interpeller parce que Clement, comme Sonck et Buffel, sont repris dans ce noyau alors qu'ils sont réservistes dans leurs clubs. C'est vrai. Mais si quelqu'un en connaît d'autres aussi expérimentés, qu'il me les donne. Ma priorité, dans le contexte actuel, fut donc de garder un groupe solidaire.»

Aimé Anthuenis, plus que probablement, a déjà son onze de base en tête. Mais, prudent, il n'a pas voulu le rendre public. Seule certitude: Kompany ne jouera pas comme médian défensif. «C'est trop risqué dans un match pareil!» En revanche, il est un des candidats pour le poste d'arrière droit. «Tout comme De Cock et éventuellement Valgaeren.» A l'arrière gauche, Van Damme pourrait prendre la place de Deschacht. Et Daerden semble le favori comme milieu gauche. «N'oubliez pas Huysegems, Van der Heyden ou encore Van Damme...» La décision d'Aimé Anthuenis de laisser jouer ses internationaux étrangers (Emile Mpenza, Van Buyten, Sonck et Buffel) dimanche dans leurs clubs est fort contestée. «Mais n'en concluez pas que l'équipe nationale ne vient qu'à la seconde place, a répliqué Anthuenis. Simplement, les règlements me sont défavorables.» Le cadet des Mpenza est le seul joueur dont Anthuenis a confirmé qu'il débuterait la rencontre. «Je me suis mis à genoux pour lui, donc il doit jouer, blaguait l'entraîneur fédéral. Le coach national, malgré l'énorme enjeu du match, témoignait d'une grande forme. «C'est vrai que si nous ne gagnons pas, nous pouvons oublier l'Allemagne 2006. Mais je ne tremble pas sur ma chaise. Si on me pousse à terre, je me relèverai. Je souffre quand on perd, mais ne vous tracassez pas pour moi: je ferai mon chemin.»

© Les Sports 2004