Anthuenis ne plagiera pas Sollied

Football

(Belga)

Publié le

Douze moins un égale onze. Il n'y avait pas grand monde, vendredi matin sur la magnifique pelouse du Complexe Sportif Dexia de Crainhem, où les Diables Rouges ont entamé la préparation du match de mercredi prochain (20h15) au Stade Roi Baudouin contre la Serbie et Montenegro, dans le cadre du Groupe 7 des éliminatoires du Mondial 2006.

Le Docteur Marc Goossens a en effet entériné le forfait, annoncé par Hugo Broos et le staff médical anderlechtois, de Mbo Mpenza, blessé au tendon d'achille, tandis que manquaient les huit étrangers, retenus par leurs championnats respectifs, à savoir Emile Mpenza et Daniel Van Buyten (SV Hambourg/All), Thomas Buffel (Feyenoord/P-B), Wesley Sonck (Ajax/P-B), Stein Huysegems (AZ Alkmaar/P-B), Joos Valgaeren (Celtic/Eco), Roberto Bisconti (Nice/Fra) et Jelle Van Damme (Southampton/G-B).

Seuls restaient donc les gardiens Silvio Proto (La Louvière) et Tristan Peersman (RSC Anderlecht), les défenseurs Olivier Deschacht (RSC Anderlecht), Vincent Kompany (RSC Anderlecht), Timmy Simons (FC Brugeois), Peter Van der Heyden (FC Brugeois) et Olivier De Cock (FC Brugeois), ainsi que les milieux de terrain Walter Baseggio (RSC Anderlecht), Philippe Clement (FC Brugeois), Gaëtan Englebert (FC Brugeois) et Koen Daerden (RC Genk). Le sélectionneur a l'intention d'appeler un médian droit à l'issue du week-end, pour pallier au forfait de Mbo Mpenza.

Marquer tôt

Aimé Anthuenis ne semblait pas pour autant contrarié. «Je crois en ce groupe, assure-t-il, mais il manque de confiance. Les événements lui ont trop souvent été défavorables, et il faudrait qu'il puisse pour une fois bénéficier d'un peu de chance. Un but rapide par exemple, qui balaierait d'un seul coup tous les doutes. Ou le soutien inconditionnel du public, qui ne se mettrait pas à siffler après 20 minutes. C'est un match qu'il faut gagner, mais ce ne sera pas plus facile que contre l'Espagne (2-0) à Santander...»

Le sélectionneur n'a pas encore dit comment il comptait s'y prendre pour rafler la totalité de l'enjeu. «Je pourrais évidemment me contenter de copier l'occupation de terrain du FC Brugeois de Trond Sollied, en remplaçant simplement ses joueurs étrangers, fait-il remarquer. Mais je ne le ferai pas. Tout le monde dit que Bruges est l'équipe en forme du moment. C'est peut-être vrai en championnat, mais nettement moins évident sur la scène européenne. Je ne vois d'ailleurs pas beaucoup de joueurs vraiment en forme pour le moment chez nous. A moi de trouver la formule qui permettra de battre quand même la Serbie, et de rester ainsi dans la course au Mondial-2006. Une victoire serait en effet déjà une bonne base pour la suite. Le reste viendra naturellement...» conclut Aimé Anthuenis.

© Les Sports 2004

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous