A l'issue du match, Aimé Anthuenis se montrait très clément vis-à-vis de ses joueurs et finalement plutôt soulagé, malgré la défaite consommée en toute fin de rencontre.

Le match. «On a très bien joué pendant une heure contre un adversaire de qualité. Nos erreurs, souvent de jeunesse, ont été sanctionnées cruellement. C'est la règle à ce niveau. Cela pouvait être 3-2, ce fut finalement 2-3 mais, jusqu'à une minute de la fin, je dois me montrer très content. Il n'y avait pas de comparaison entre la Belgique qui a joué en Allemagne et celle qui a évolué ce soir, même si j'avoue que les circonstances étaient différentes. L'état d'esprit était très bon, la manière de jouer aussi, par moments.»

Vermant. «Je suis très satisfait de sa prestation. Pas forcément spectaculaire, mais tactiquement efficace. Il a trouvé sa position tout de suite, grâce probablement à ses anciens automatismes brugeois avec Clement. Il a apporté de l'équilibre dans l'équipe.»

Les buts encaissés. «Des erreurs qui se payent cash. Evidemment, il est difficile de gagner un match quand on prend trois buts mais, en face, la Turquie est 8e au classement Fifa, il ne faut pas l'oublier. Ceci dit, je constate qu'on a des problèmes quand on est mis sous pression. Je ne veux accabler personne ni chercher des excuses faciles, mais les nombreux changements en fin de match n'ont pas facilité les choses en défense, où les automatismes sont primordiaux.»

Sa sélection. «J'ai eu la preuve que j'ai fait les bons choix. Et que si on peut évoluer avec nos meilleurs joueurs tout le temps, on a une bonne équipe. Sonck et Goor, malgré leur manque de rythme depuis des mois, ont prouvé qu'ils méritaient leur sélection.»

L'avenir. «Le match en Hollande, au mois de mai, s'annonce difficile, mais je reste convaincu qu'on doit poursuivre sur la même voie, avec le même groupe. Et il me reste à espérer que les pions essentiels de l'équipe soient épargnés par les blessures, même si je suis satisfait des remplaçants, comme Grégory Dufer, évidemment, qui s'est illustré en marquant un très beau but.»

De son côté, l'homologue d'Aimé Anthuenis, Ersun Yanal, avait le sourire à l'issue de la rencontre. Il a passé son examen d'entrée comme entraîneur de la Turquie avec grande distinction en venant s'imposer sur la pelouse du Stade Roi Baudouin.

«Je suis satisfait de mon premier match comme sélectionneur, évidemment, expliquait-il. Pour moi, c'était surtout l'occasion de faire tourner le noyau et de voir beaucoup de joueurs à l'oeuvre. Je suis content du résultat et de la manière. Je crois qu'on a la preuve qu'il y a beaucoup de bons joueurs en Turquie et un bon équilibre entre l'expérience et la jeunesse. On n'a pas besoin d'une révolution. Il reste du chemin avant les qualifications pour la Coupe du Monde 2006, mais c'est un bon début.»

© Les Sports 2004





   LIENS PUBLICITAIRES
   
   

"Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.