Après le match aller, Ariël Jacobs avait proclamé qu’Anderlecht ferait mieux de déclarer forfait au retour. Depuis lors, la tempête s’est calmée.

Tout est-il réellement oublié et pardonné ?

"Dans le football, on oublie vite. Filip De Wilde dit souvent que la rivalité entre des clubs belges n’est en rien comparable à celle entre Porto et Lisbonne. Et quid des Anglais ? Manchester, Chelsea et Arsenal se rencontrent encore plus souvent que nous, mais la vie et le football y continuent."

Auteur d’un SMS de félicitations à Jovanovic très apprécié par le Standard, Ariël Jacobs se défend d’avoir fait un geste en vue du Clasico :

"Que ceci soit clair : je n’ai pas envoyé ce SMS en fonction du match. Si c’est perçu ainsi, j’aurais mieux fait de ne pas l’envoyer. Non, j’estime que c’est une forme de politesse de féliciter le gagnant. C’est également ce que j’avais fait avec Defour quand il a gagné son Soulier d’Or et quand il s’est fait opérer. Steven m’a renvoyé un SMS aussi sincère et significatif."

Selon Proto, Anderlecht doit jouer pour Wasilewski et Polak, un état d’esprit que le coach des Bruxellois approuve :

"C’est une attitude saine. C’est comme une équipe qui joue une finale pour un joueur suspendu. Mais je ne vais pas le dire aux joueurs, ce serait trop facile."

Que leur dire alors ?” Qu’i

ls doivent canaliser leurs émotions et leurs frustrations. mais qu’ils doivent aller au duel à l’anglaise . On nous a reproché d’avoir été trop braves lors du premier test-match. Nous avions cinq joueurs qui craignaient une suspension au match retour."

Le 5-0 contre Twente, un signe qu’Anderlecht est en grande forme ?

"Cela reste un match amical, qui est complètement différent d’un match de championnat. Le Standard voudra prendre un nouveau départ et revenir dans le Top 6 en fonction des playoffs. Mais ce match ne sera définitif pour aucun des deux clubs. L’enjeu n’est que d’un point et demi." Y.T.