Le Néerlandais a signé un contrat d'un an au FC Groningen.

Au lendemain de l'annonce de son retour sur les terrains de football, Arjen Robben a été présenté officiellement par son nouveau club, le FC Groningen. Un nouveau défi qu'il se sent prêt à relever même s'il reste prudent quant à savoir si son physique tiendra l'enchaînement des rencontres après une année d'inactivité.

"Je voulais faire un come-back et physiquement, je me sens bien. Mais cela pourrait aussi bien être un retour pour une ou deux rencontres", a-t-il déclaré, prudent, lors de sa présentation, "Je ne disputerai jamais 34 rencontres, je n'y suis jamais parvenu en une saison. Mais l'objectif est d'enchaîner les matchs si tout reste en ordre physiquement", a-t-il prévenu.

Son choix pour Groningen n'est pas un hasard. C'est dans ce club qu'il avait fait ses classes de jeunes et qu'il avait débuté chez les pros : "Évidemment, je veux avant tout retrouver du plaisir mais je n'aurais pas accepté la proposition d'un autre club. Nous avons construit une maison ici à Groningen qui est presque prête."


Souvent blessé lors de ses dernières saisons au Bayern, certains pensent que ce retour ne peut que mal se passer pour le Néerlandais de 36 ans. "Qu'est-ce que ça peut me faire", a-t-il réagi, "Je ne pense pas du tout comme cela. Je suis une personne positive. Peut-être que ça ne réussira pas sur le plan physique. Mais si je n'essaye pas, je ne le saurai sûrement jamais. Je n'ai rien à perdre, ma carrière est déjà réussie. Je sais qu'il y a une grosse différence de niveau entre le Bayern Munich et le FC Groningen. Mais pourquoi serait-ce un problème ? Nous verrons où cela nous mènera. L'aventure peut se terminer après un mois mais aussi après seulement deux ans."

Pour terminer, Robben a évoqué un retour chez les Oranje. Mais le Néerlandais préfère ne pas y penser pour le moment et ne croit pas qu'il disputera l'Euro dans un an : "Ce n'est pas à l'ordre du jour. Je dois d'abord m'entraîner et ensuite jouer des rencontres. Et selon moi, notre équipe nationale n'est pas dans le besoin."