© ETIENNE ANSOTTE

Football

Aruna Dindane va vivre son rêve

DOMINIQUE PAQUET

Publié le - Mis à jour le

ENVOYÉ SPÉCIAL EN FRANCE

Aruna Dindane, comment le Sporting s'est-il préparé à disputer un match qui génère une telle tension émotionnelle?

D'une manière positive suite à notre victoire sur Lokeren. Ce succès nous a fait du bien. Il tombait également à pic, après deux défaites consécutives en championnat. Bordeaux évolue naturellement à un autre niveau. C'est la raison pour laquelle nous nous devions d'effectuer ce voyage sans stress supplémentaire. C'est le cas...

Et vous, comment vous êtes-vous préparé à affronter, pour la première fois, un club français?

J'attends ce moment depuis longtemps. Le championnat hexagonal jouit, en Côte d'Ivoire, d'une grosse cote de popularité. Dès mon plus jeune âge, je n'ignorais rien des meilleurs joueurs évoluant dans cette compétition. Me mesurer à l'un de ses représentants est quelque chose que je souhaitais ardemment. Mon voeu a été exaucé. Il me tarde, dès lors, de monter sur la pelouse...

Que croyez-vous que l'on exigera de vous à cette occasion?

De parvenir à bousculer la défense bordelaise comme j'ai si souvent bousculé celle de Lokeren la semaine dernière!

Êtes-vous capable de bousculer cette défense?

Je l'espère (Il s'interrompt). Depuis que je suis arrivé ici, j'ai progressé. C'est incontestable. Je le vois sur le terrain: en quelque sorte, je me suis discipliné, j'ai plus le sens du geste juste. Mais je le vois aussi dans le regard que l'on porte sur moi, à commencer par celui de mes partenaires: ils m'accordent de plus en plus leur crédit. Je l'avoue: c'est flatteur et particulièrement motivant.

Avez-vous le sentiment que votre style de jeu est à même de compliquer singulièrement la tâche des arrières bordelais?

C'est le but que je poursuivrai, tout en n'oubliant pas de respecter diverses règles d'ordre plus collectif.

Face à Bordeaux, cette semaine puis dans quinze jours, c'est tous ensemble que nous irons chercher cette qualification au tour suivant de l'épreuve. Moi, je ne suis qu'un membre de cette équipe. Rien de plus!

Certains peuvent pourtant être plus importants que d'autres...

Le groupe demeure prioritaire pour moi.

Vendredi, une formation anglaise avait dépêché l'un de ses recruteurs pour vous visionner: étiez-vous au courant?

Oui, puisque j'ai rencontré cette personne ensuite. Mais sans que ces contacts ne franchissent le cadre strictement informel qu'il était convenu, de part et d'autre, de respecter.

Pourquoi tant de retenue?

Simplement parce que rien ne presse. Je suis encore jeune et je me plais beaucoup à Anderlecht. Mon contrat ne s'achèvera qu'en juin 2004. J'ai tout mon temps...

© Les Sports 2002

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci