"L’Allemagne et le Bayern resteront à jamais dans mon cœur."

C’est un Pep Guardiola ému qui a prononcé ces mots, samedi dernier, après la victoire du Bayern sur la pelouse du Hertha Berlin (0-2). Un succès qui rapproche un peu plus les Munichois d’un quatrième titre de champion consécutif (le troisième pour le coach catalan). Ce qui serait une première dans l’histoire de la Bundesliga.

"Ces trois années ont été incroyables , avouait l’entraîneur de 45 ans . Je suis si reconnaissant auprès de tous. Travailler auprès de ces joueurs m’a tellement appris, pas seulement comme coach mais comme personne. Rester au top de la manière dont nous l’avons fait, en disputant un match tous les trois jours, est incroyable. C’était super. Je suis heureux."

Ce discours, qui sonne déjà comme un adieu, montre que, quoi qu’il arrive, Guardiola quittera la Bavière sans regrets, avec le sentiment du travail accompli.

Obsédé par le triplé

Mais chacun sait que depuis qu’il a annoncé son départ pour Manchester City, début février dernier, Pep n’a qu’une obsession : réaliser le triplé Championnat-Coupe-Ligue des Champions, celui-là même qu’avait réalisé Otmar Hitzfeld en 2012-2013, avant de céder les rênes du club à l’Espagnol.

Pour que ce rêve devienne réalité, l’ancien entraîneur du Barça peut compter sur le soutien sans faille de ses joueurs.

"Notre objectif est d’aller en finale. Ce serait super de dire au revoir à Guardiola avec le triplé" , expliquait Juan Bernat à Goal .

"Ce serait incroyable de lui dire adieu en remportant la Ligue des Champions , enchérissait Robert Lewandowski, sur le site de l’UEFA. Cela serait la cerise sur le gâteau et cela viendrait récompenser les efforts que nous avons fournis ensemble ces dernières années. J’espère vraiment que cela va se produire."

Pour parvenir à cet objectif, le Bayern va devoir être capable de faire sauter le verrou de la défense des Colchoneros . "L’Atlético a la meilleure défense d’Espagne (NdlR : avec seulement seize buts concédés) , cela ne sera pas facile , précisait Lewandowski, auteur de 38 réalisations toutes compétitions confondues cette saison . Mais nous y sommes préparés. J’espère que nous ne ferons pas d’erreur et que nous pourrons montrer que nous voulons jouer cette finale."

Un stade de la compétition que les Bavarois, qui se sont arrêtés en demi-finale lors des deux éditions précédentes de C1, n’ont jamais atteint avec Guardiola. Mais qui, cette année, revêt une dimension particulière.