L'équipe d'Allemagne a passé la nuit de vendredi à samedi au Stade de France plutôt que de retourner à son hôtel parisien, après les attentats qui ont frappé la capitale française, que les joueurs ont vécu comme un "cauchemar". "On voulait éviter tout risque, et on a décidé de ne pas traverser Paris (...) et de rester dans les vestiaires", a expliqué le manager de l'équipe et ancien international Oliver Bierhoff, au retour de la sélection à l'aéroport de Francfort samedi matin.

L'Allemagne disputait vendredi soir un match amical contre la France au Stade de France, lorsque deux explosions ont retenti à l'extérieur de l'enceinte pendant le match. Au même moment, plusieurs attaques coordonnées se déroulaient dans le centre de Paris. La sélection allemande n'a pris pleinement conscience des attentats qu'à son retour "aux vestiaires", a expliqué M. Bierhoff, une fois que le match a été interrompu et le stade évacué. Les joueurs étaient "choqués" et "très anxieux" selon l'ancien joueur. "Les informations sur la situation n'étaient pas très claires", a-t-il raconté.

L'équipe a passé la nuit dans le vestiaire, avant d'être transférée samedi matin vers l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle dans plusieurs mini-bus dépourvus de tout signe distinctif. Les membres de l'équipe rentrent samedi dans leur famille pour se reposer, a ajouté M. Bierhoff.

L'Allemagne n'est pas encore sûre de disputer son prochain match prévu contre les Pays-Bas mardi. "Il n'y a pas encore de décision prise, mais je suis en faveur de jouer", a déclaré Reinhard Rauball, le président par intérim de la fédération de football DFB, à l'agence allemande DPA. "On ne doit pas accorder ce triomphe à ceux qui nous ont agressés."

L'équipe nationale a fait part de sa consternation dans un communiqué publié sur le site de la fédération. "Nous étions venus à Paris pour faire ce qui nous rassemble tous. Jouer au football ensemble, l'un contre l'autre, en amis. Et pour vivre une belle soirée avec nos fans", ont écrit les internationaux allemands. "Nous attendions beaucoup ce match au Stade de France, qui s'est terminé pour nous en cauchemar", ont-ils ajouté. "Les images (des attentats) nous marqueront pendant longtemps. Nous y avons beaucoup songé pendant la nuit dans le stade. Nous nous sommes demandés (...) : + Comment une telle inhumanité est-elle possible?+". "Nous avons trouvé de nombreuses réponses, mais aucune qui puisse expliquer des attaques aussi lâches", ont-ils conclu.


Le match amical Angleterre - France maintenu mardi à Wembley

Le match amical Angleterre - France aura bien lieu comme prévu mardi soir à Wembley, annonce samedi la Fédération française de football (FFF) sur son site internet.

Un doute planait quand à la tenue de cette rencontre, à la suite de la série d'attaques survenues à Paris vendredi soir. "Comme le Président Noël Le Graët l'a confirmé dans la matinée de samedi, le match Angleterre-France programmé mardi 17 novembre à Wembley aura bien lieu", indique la FFF.