35 rencontre pour 15 buts. Tel est le bilan de Pierre-Emerick Aubameyang cette saison avec Arsenal. Lors de ses deux premières saisons complètes, l'attaquant avait inscrit près du double (31 puis 27). La fusée des Gunners serait-elle sur le déclin? Entre les choix de Mikel Arteta, exil sur le côté ou pépins physiques, Aubam ne vit pas la meilleure période de sa carrière.

Un autre élément inattendu explique cette baisse de régime. Fin mars, l'attaquant de 31 ans a contracté la malaria après un voyage avec sa sélection nationale. En conférence de presse, il a raconté son véritable calvaire. "Je me sentais un peu fatigué à mon retour du Gabon, surtout contre Liverpool, mais je pensais que c’était seulement à cause du voyage" a-t-il commencé.

"Ensuite, je me suis senti très, très mal. Je pense que je n’avais jamais été aussi malade de ma vie, c’était très dur. Pendant trois jours, j’ai eu de la fièvre toute la journée et toute la nuit, non-stop". Le Gabonais tente de prendre du paracétamol mais rien n'y fait. Par les temps qui courent, le Covid aurait pu expliquer ses symptômes. Il n'en est rien.

"Finalement, je suis allé à l'hôpital. J'y suis resté trois jours. j’étais vraiment faible et je pense que j’ai perdu 4kg. C’était vraiment un mauvais moment, et je pense que ma famille a eu peur de me voir comme ça", a-t-il confié. "Après, j’ai eu un très bon traitement. Je suis chanceux de l’avoir traitée au bon moment parce que si vous ne traitez pas la malaria rapidement, vous pouvez avoir de gros problèmes".

Un sacré coup de stress dont il est guéri aujourd'hui. "Mais je ne me sens encore qu'à 90% de mon potentiel" a-t-il admis. Avec un Lacazette fortement incertain, PEA pourrait être d'une importance capitale pour les Gunners. Et il en a bien conscience. "Ce sera l’un des matches les plus importants de ma carrière à Arsenal" a avoué le numéro 14 londonien. 

Après une défaite à Villarreal (2-1) à l'aller, Arsenal a le droit de croire à une qualification. Car ce but à l'extérieur vaut de l'or d'une part et parce qu'Arteta joue peut-être sa tête sur cette rencontre. Distancé en championnat, il ne lui reste plus que cette compétition pour sauver sa saison. En finale, les Anglais devraient retrouver les ennemis de Manchester United. Les Red Devils ont étrillé l'AS Roma à Old Trafford (6-2) et il faudrait un miracle pour que le club de la Louve, qui sera entraîné l'an prochain par Mourinho, renverse les Mancuniens. 

On aurait alors deux finales européennes 100% anglaises avec un alléchant Chelsea-City en C1.