L’Espagne a été classée tête de série, mercredi à Busan (Corée du Sud), par le comité d’organisation du mondial 2002 désireux d’assurer une répartition équitable des 32 équipes en Corée du Sud et au Japon, dans la perspective du tirage au sort de samedi.

«Confrontés pour la première fois à une double organisation, nous avons voulu, sur la base de critères sportifs et en s’appuyant sur le règlement, équilibrer les forces entre les deux pays organisateurs », explique un dirigeant de la Fédération internationale (FIFA).

La désignation des têtes de série, qui seront placées dans le premier chapeau, n’a engendré aucune surprise dans la mesure où le comité d’organisation a retenu les mêmes critères que pour le Mondial-98 en France.

Données géographiques

«Les résultats obtenus aux trois dernières coupes du monde, avec un ratio progressivement plus important dans le temps, et le classement FIFA sur les trois dernières années ont ainsi été pris en considération pour désigner les cinq dernières têtes de série, après la France, tenante du titre et la Corée du Sud et le Japon, pays organisateurs », a précisé le secrétaire général de la FIFA, Michel Zen-Ruffinen.

Le Mexique et, surtout, l’Angleterre, à quatre points de l’Espagne, dernière tête de série, échouent ainsi d’un souffle.

Les autres chapeaux servant au tirage au sort de samedi ont été formés essentiellement sur la base de données géographiques, avec une volonté affichée d’éviter notamment que trois représentants du fort contingent européen (15 équipes) ne se retrouvent dans le même groupe. Ainsi, le chapeau deux rassemblera les 11 dernières équipes européennes. Le troisième regroupera quant à lui les trois équipes issues du groupe Amsud (Equateur, Paraguay, Uruguay) et les deux derniers asiatiques (Chine et Arabie Saoudite). Enfin, dans le 4e chapeau on retrouve les cinq équipes africaines (Cameroun, Tunisie, Nigeria, Sénégal et Afrique du Sud) et les trois qualifiés de la CONCACAF (Costa Rica, Mexique et Etats-Unis).

La répartition des trois équipes européennes se trouvant en surnombre dans le deuxième chapeau donnera lieu à une procédure complexe dans le tirage pour les redistribuer dans le groupes ne comprenant qu’un seul européen.

Par ailleurs, la Chine jouera ses matches du premier tour en Corée du Sud (l’Arabie saoudite glissant automatiquement au Japon), mais pas dans le même groupe que le pays organisateur, sur la base d’un point de règlement se référant à des «raisons économiques et géographiques ».

700.000 euros par équipe

La commission d’organisation de la FIFA, présidée par le Suédois Lennart Johansson, s’est également déclarée «ravie des réponses apportées sur les problèmes de sécurité par les deux pays organisateurs ». Cependant, deux autres réunions sont prévues pour peaufiner ces mesures.

La commission a également souligné que chaque équipe qualifiée recevra «un million de francs suisses (700.000 euros environ) pour sa préparation, soit 250.000 francs suisses de plus qu’en France ».

Enfin, à la fin du premier tour, les joueurs ou entraîneurs ayant reçu un maximum de deux cartons jaune verront leur compteur remis à zéro. En revanche, un joueur expulsé devra purger la totalité de ses matches de suspension.

Le sommet du football mondial se poursuit, jeudi, avec la réunion de la commission des finances.