Un été ne serait pas si bon sans son bon vieux feuilleton, fait de rebondissements et d’intrigues. Là où les télévisions ont un peu délaissé le genre, les Diables continuent de rythmer chaque mercato en brillant dans cet exercice avec une permanence qui force le respect. Et Axel Witsel est un acteur fidèle qui rythme chaque marché ou presque depuis deux ans.

Un an de contrat

Un rappel des faits s’impose : le Diable n’a plus qu’un an de contrat avec le Zenit. D’un côté, lui avait avoué pour la première fois dans nos colonnes qu’il ne comptait pas rester après quatre ans à Saint-Pétersbourg. De l’autre, ses dirigeants savent que ce mercato est la dernière opportunité de monnayer leur milieu qui arrive en fin de contrat et qu’ils ne peuvent ni ne veulent le laisser partir libre après avoir investi 40 millions d’euros sur lui.

Mircea Lucescu a en tout cas fait le deuil du milieu, comme il l’a indiqué à l’agence de presse russe TASS : "Nous avons perdu trois joueurs clefs. Danny est blessé, Hulk est en Chine et Witsel est en attente d’un transfert."

Un transfert qui ne devrait pas s’opérer vers Naples. Alors que la piste semblait chaude, elle s’est refroidie brutalement. En cause, des négociations tendues. Selon le "Corriere Delle Sport", les Napolitains auraient proposé un salaire de 3,2 millions d’euros par an avec des bonus pouvant faire grimper ses revenus à 4,1 millions sans trouver un terrain d’entente concernant les droits d’image.

Les montants proposés sont en deçà de ceux qu’Everton serait prêt à offrir. Le rachat du club par le milliardaire iranien Farhad Moshiri et le pactole touché avec le renouvellement du contrat des droits télé offrent aux Toffees la capacité financière nécessaire pour mettre une enveloppe globale de 7,3 millions d’euros par an pour le joueur, comme l’a estimé la presse anglaise.

L’Inter Milan entre en scène

Everton apparaît en tout cas comme la piste la plus concrète en Angleterre.

Si l’intérêt de Chelsea avait un temps filtré, l’arrivée très probable de N’Golo Kanté à Stamford Bridge contre 35 millions d’euros rend la possibilité de voir Witsel grossir la colonie belge des Blues difficilement envisageable.

Mais, dans ce dossier, un autre club de Serie A a fait irruption ces dernières heures : l’Inter Milan. Les dirigeants lombards misent sur leur bonne relation avec l’entourage de Witsel pour espérer le convaincre. Le feuilleton n’est pas près de s’arrêter…


Benteke et Vermaelen discutent aussi de leur avenir

Axel Witsel n’est pas le seul Diable à animer le marché. L’avenir de Christian Benteke est toujours aussi incertain. Si Crystal Palace espère toujours boucler son arrivée, Liverpool campe pour l’instant sur ses positions et n’entend pas céder le Diable pour moins de 46,5 millions d’euros, soit la somme versée à Aston Villa pour lever sa clause libératoire la saison dernière… 

De son côté, Thomas Vermaelen, qui a vu arriver les Français Samuel Umtiti et Lucas Digne, s’est fait une raison : son avenir passe lui aussi par un départ. L’AS Rome tient toujours la corde. Mais, selon Sport, West Ham serait très intéressé par son profil alors que l’Anversois rêverait lui d’un retour à… Arsenal.