Il existe un accord entre Alychlo, PMG et la ville d'Ostende concernant le futur du KV Ostende, club de D1A de football, a annoncé le bourgmestre de la ville côtière Bart Tommelein (Open VLD) jeudi matin sur son site officiel.

"Après d'intenses discussions, Alychlo, PMG et la ville d'Ostende sont parvenus à un accord concernant le futur du KVO", a écrit Bart Tommelein sur son site web, qui a assuré le rôle de médiateur en compagnie de son échevin Björn Anseeuw afin de maintenir les Kustobys dans l'élite du football belge et préserver l'école des jeunes.

Un accord est finalement survenu après une dizaine de jours de pourparlers. "Nous remercions Alychlo et PMG pour leur attitude constructive. Nous nous réjouissons de la poursuite de cette coopération", a ajouté le politicien.

Cela pourrait venir mettre un terme à des semaines d'incertitudes financières autour de l'avenir du club. Le 16 janvier, le KVO et le groupe d'investissement américain PMG (Pacific Media Group) ont conclu un accord de principe concernant la reprise du club, qui a également conduit à un accord signé le 15 février.

Mi-mars, PMG s'est finalement abstenu de réaliser l'acquisition après des négociations concernant les dettes existantes du club avec la société d'investissement Alychlo. Propriété de Marc Coucke, ancien président du KVO aujourd'hui au RSC Anderlecht, ce holding possède le stade du club ostendais.

Le club s'est ensuite vu refuser sa licence en première instance par la Commission ad hoc de l'Union belge car sa demande était basée sur une augmentation de capital de 2,7 millions d'euros devant être effectuée par PMG. N'ayant pas eu lieu, le KVO ne disposait pas des fonds nécessaires à l'obtention de sa licence et a fait appel auprès de la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS).

La formation flandrienne a réagi plus tard dans un communiqué laconique. "Le KV Ostende continue de travailler discrètement à la reprise du club et défendra son dossier de licence devant la CBAS le 4 mai, qui rendra sa décision le 10 mai. Le club est content de savoir qu'il existe un accord mais ne souhaite pas en dire plus", a ponctué le KVO, confiant quant à son avenir dans le monde professionnel.