Football

Berlusconi repart à l'attaque

Publié le - Mis à jour le

Le président de l'AC Milan Silvio Berlusconi a lancé une nouvelle offensive, jeudi, contre la justice sportive dans l'affaire des matches truqués du football italien, en critiquant le procès disciplinaire et en demandant un moratoire sur les sanctions. «Nous n'accepterons pas des sanctions contre les supporters et les équipes, alors que seules des personnes ont fauté», a déclaré Silvio Berlusconi. «Je ne parle pas seulement de l'AC Milan, qui n'a été qu'une victime de ce système, mais de tous les supporters de la Juventus, de la Fiorentina et de la Lazio qui m'écrivent», a ajouté l'ancien chef du gouvernement italien, âgé de 69 ans.

La justice sportive doit rendre vendredi ou samedi son premier jugement dans le procès disciplinaire des matches truqués, qui menace les quatre équipes de relégation en 2e, voire en 3e division. L'accusation, s'appuyant sur de nombreuses écoutes téléphoniques, estime que les clubs ont obtenu plusieurs fois des arbitres favorables lors de la saison 2004-05.

Mais, selon le président de l'AC Milan, il faut «réécouter toutes les conversations téléphoniques, revoir les témoignages, l'accusation et la défense. Vérifier s'il y a des faits concrets et ne pas arriver à des jugements après des procès trop rapides».

«Pour l'heure, dans l'attente de la clarté définitive, nous pourrions repartir la prochaine saison avec le même championnat et attendre ensuite l'issue des procès», a ajouté Silvio Berlusconi.

Le procès s'est déroulé pendant dix jours dans le stade olympique de Rome, où les clubs et les vingt-cinq personnes accusées ont tous eu l'occasion de se défendre. Les débats se sont terminés vendredi dernier et les cinq magistrats de la Fédération sont, depuis, en délibération pour rendre leur sentence, susceptible d'appel.

Le président de l'AC Milan est déjà intervenu jeudi matin dans un entretien publié par le quotidien sportif de référence, «La Gazzetta dello Sport», dans lequel il critique également le déroulement du procès.

«Berlusconi? Ce qu'il dit ne m'intéresse pas, je fais un autre métier», a réagi le commissaire extraordinaire de la Fédération, Guido Rossi, entré en fonction à la mi-mai après la démission de Franco Carraro, mis en cause dans le scandale. (Belga)

© Les Sports 2006

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous