Europa League

Ce soir à Esbjerg, les Liégeois tenteront de sauver l’honneur du club sur la scène européenne. Avec un point sur douze, le Standard était déjà éliminé au soir de la quatrième journée. Le match de ce soir ne revêt donc aucun intérêt pour les Standardmen.

"Sans enjeu au niveau du résultat oui, par contre, cela reste un match européen, il y a un coefficient à défendre pour le club et les équipes belges. On se doit donc de prendre des points. De plus, il en va de la fierté des joueurs qui auront à cœur de prouver que le Standard n’est pas éliminé sur sa valeur et qu’on méritait mieux, même si on ne sait pas revenir en arrière", précise Jean-François de Sart.

Lors de la première journée face à ces mêmes Danois d’Esbjerg, les Liégeois avaient entamé leur descente aux enfers.

"On a failli les battre. On a eu des occasions pour faire 2-1 dans le dernier quart d’heure. Avec la blessure de Bulot, nous avons joué quasiment à 10 pendant dix minutes puis on prend ce but de dernière minute. Ce match constituait déjà un tournant pour nous dans ce groupe. Ces 15 dernières minutes, qui devaient nous amener trois points, en réalité, nous éliminent."

A quelques heures de l’avant-dernier match européen de la saison du club, le directeur sportif nourrit quelques regrets.

"Evidemment car on espérait bien plus, mais c’est la réalité. On sait qu’en football, on ne peut pas revenir en arrière et il n’y a que le présent et le futur qui comptent."

Pour la première fois depuis la création de la phase de poules, le Standard est déjà éliminé avant le dernier match du groupe.

"C’est un peu frustrant. On a eu un premier match malheureux qui s’avère être, aujourd’hui, un tournant. Le calendrier était compliqué puisque nous avons affronté l’équipe qui domine les débats (Salzbourg) sur les troisième et quatrième matches. Mais cela ne constitue pas l’unique explication de notre élimination, c’est en partie aussi de notre faute."