Alors que les Rouches entamaient leur mise au vert au Bois Saint-Jean hier après-midi, leur entraîneur se projetait en arrière pour aborder le derby wallon. Car si la dernière flambée médiatique autour du Standard fut suscitée par la référence à la Ligue 1 faite par Lucien D'Onofrio, il ne faudrait pas oublier la dégelée subie au Cercle.

Ce n'est pas l'intention de Lazlo Bölöni : "Lors du dernier match de championnat, nous avons pris une bonne petite claque bien méritée. Deux raisons à cela : un problème physique et, surtout, un problème mental. Rester sur une bonne série ne donne pas des droits mais des devoirs et principalement celui de continuer à prester à un niveau élevé."

Le Roumain entend donc voir ses troupes se racheter contre Mons : "Il faut répondre présent devant notre public car il est impératif de repartir du bon pied ! Mais pour tourner la page du Cercle, les joueurs devront se montrer capables d'être humbles. Si le revers à Bruges les a quelque part fait redescendre les pieds sur terre, ils doivent comprendre que je ne peux pas me satisfaire d'un comportement saccadé. Que ce soit une fois bon, une fois mauvais et à nouveau bon, cela ne m'intéresse pas !"

Suite du parcours européen oblige, le Standard devra pourtant encore composer avec des semaines bien remplies. Alors, s'il y a en plus du paramètre mental, dixit Böloni, matière à inquiétudes sur le plan physique, cela ne risque-t-il pas de coincer sérieusement à un moment ? "Bien sûr que le calendrier qui se profile m'inquiète... Mais certains parmi ceux qui composent actuellement le banc ne m'ont-ils pas fait passer des messages ? Au cours des deux matches amicaux ayant meublé la trêve internationale, j'attendais donc une traduction sur le terrain de ceux qui viennent juste derrière les titulaires. Certains me l'ont donnée, d'autres pas... Avec ceux faisant partie de cette dernière catégorie, je ne peux évidemment pas prendre le risque... de les faire jouer."

L'entraîneur liégeois risque de devoir se passer de De Camargo ce soir. Igor a quitté l'entraînement de jeudi suite à des douleurs à un genou. Une décision sera prise à son sujet ce matin. Quant à Mbokani, il était à nouveau bizarrement le seul absent à la séance de ce vendredi, dispensée à huis clos à Sclessin. Böloni ne s'en formalisait apparemment pas : "Je viens justement de voir quelqu'un qui lui ressemblait arriver... Oui, je crois bien que c'était lui ! Ce serait logique..."