Le club waeslandien du KSK Beveren (D1), premier club à passer lundi soir devant le comité d'appel de l'Union belge de football, n'a pas obtenu la licence mais devrait la recevoir vendredi. "Il manque deux attestations concernant le premier trismestre de 2001" a expliqué Me Léon Masier, le conseil du club. "Nous avons obtenu un délai de quelques jours. Cela devrait être suffisant pour que nous puissions présenter les deux dernières attestations."

En D2, Turnhout s'est vu refuser sa licence, en raison d'un dette impayée auprès de l'ONSS (Office national de la sécurité sociale) de 13 millions de francs qui remonte aux années '80. Le trésorier du club, M. Maes, n'était pas certain que Turnhout puisse être en mesure de se pourvoir en évocation. La décision sera prise dans les prochains jours.

Cette décision de ne pas attribuer de licence est importante dans la mesure où Turnhout, engagé dans le tour final de Division 2, devrait donc évoluer la saison prochaine en division 3. Un club supplémentaire de Division 2 devrait se maintenir. Et le club ne devrait pas accéder à l'élite s'il remportait le mini-championnat.

Si Turnhout (ou le FC Liégeois) n'obtient pas la licence, il redeviendra amateur et évoluera la saison prochaine en division 3. Il y aura donc un descendant "sportif" en moins de D2 en D3. Là, les règlements de l'Union belge ne prévoient pas le cas d'espèce et l'on se trouve devant un gouffre juridique. Normalement, si il y a un descendant en moins, Deinze est sauvé, mais il est obligé de disputer en tant que barragiste (16e en D2) le tour final de Division 3. Or, si Deinze est sauvé, et compte tenu de la disparition d'Hekelgem (qui fusionne avec Denderleeuw), c'est Ostende qui devrait disputer les barrages. Cette affaire, on le voit, expose l'Union belge de football à quelques soucis juridiques.

Le comité d'appel a également éclairci le seul point qui posait problème avec Renaix (montant en D2) qui devrait obtenir sa licence jeudi lors de la prochaine réunion de la commission des licences. En revanche, Oud-Heverlee (D3B) a vu son appel jugé irrecevable. Le club n'obtiendra donc pas sa licence, ce qui n'est pas dramatique puisque le club, 7e au championnat, continuera à évoluer en D3 où la licence n'est pas nécessaire.

Le club des Francs Borains (D3B) a obtenu lundi soir sa licence du comité d'appel de l'Union belge à condition de ne pas effectuer de transfert durant l'entre-saison. Cette condition sera levée dès que le club hennuyer aura présenté un plan d'apurement des ultimes dettes qu'il a vis à vis de la sécurité sociale (ONSS) et de la TVA. Le club borain, qui évalue ces ultimes dettes à environ 200.000 francs, ne manquera de présenter le dit plan à la commission des licences.

Tout comme Beveren, l'Excelsior Virton (D3B) dernier club à passer lundi soir devant le comité d'appel de l'Union belge de football, n'a pas obtenu la licence mais la délivrance dec elle-ci devrait intervenir vendredi lors de son prochain passage. Le club luxembourgeois devra fournir ce jour-là des attestations concernant les paiements à l'ONSS (sécurité sociale), de la TVA et des joueurs pour le permier trimestre 2001. Virton devra aussi fournir une attestation concernant l'assurance des joueurs pour la saison prochaine. Concernant le nombre de joueurs avec un statut de joueur rémunéré, le club dispose d'un contrat avec 12 joueurs et s'est engagé à en compter 15 en date du 1er août.