Bordeaux a conclu une saison exceptionnelle marquée par la conquête d’un premier titre en championnat depuis dix ans et une victoire en Coupe de la Ligue sous la houlette de son entraîneur Laurent Blanc, sacré avec les Girondins dès sa deuxième année d’entraîneur.

A 43 ans, Blanc a démontré, à l’instar d’un Pep Guardiola à Barcelone, qu’un grand entraîneur n’est pas forcément un entraîneur d’expérience. Après avoir terminé deuxième la saison dernière, l’ancien champion du monde a conduit son équipe au titre samedi soir sur la pelouse de Caen (0-1), offrant à son club le sixième titre de son histoire et mettant un terme à sept années de domination lyonnaise. "C’est la récompense de deux années de travail, s’est réjoui Blanc. Les joueurs, mais aussi le staff technique, qui a mis ses compétences au service des joueurs, ont été fantastiques."

Blanc, un ancien milieu de terrain offensif reconverti libéro à Montpellier du temps de sa carrière de joueur, s’est montré intransigeant sur ses principes de jeu depuis son arrivée à Bordeaux. Persuadé qu’un football léché est le meilleur gage de victoire, Blanc a finalement tiré les fruits sur la scène nationale de sa philosophie de jeu.

Seulement cinquièmes au soir de la 27e journée, les Girondins ont réalisé un sprint final époustouflant en signant une série record de onze victoires consécutives au cours de la même saison, qui leur a permis de coiffer Marseille, deuxième du classement final avec trois points de retard (80 points contre 77).

Au total, Bordeaux n’aura été leader que trois journées, les trois dernières de la saison. L’OM, qui espérait décrocher sous la houlette de son entraîneur belge Eric Gerets son premier titre de champion depuis 1992, a lâché prise dans le final en s’inclinant 1-3 sur son terrain face à Lyon le 17 mai lors de la 36e journée. Les Marseillais ont surtout abandonné beaucoup trop de points à domicile (cinq matches nuls et quatre défaites) pendant que les Girondins faisaient le plein à Chaban-Delmas, où ils sont restés invaincus cette saison.

Bordeaux, qui a transformé cette semaine le prêt du meneur de jeu de l’équipe de France Yoann Gourcuff en transfert pour quatre ans, peut-il désormais rêver d’une longévité à la lyonnaise avec sept titres d’affilée ? "Ça, aucune équipe ne pourra le refaire ou alors ce sera très difficile, a déclaré Blanc. On va essayer d’améliorer ce groupe-là qui est déjà très bon. Mais l’améliorer, c’est d’abord le conserver. Même si on souhaite que l’ossature reste la même, il y aura sûrement des départs et quelques arrivées. J’espère simplement qu’il n’y aura pas de chamboulement."