Bousculade mortelle à Johannesbourg: 43 morts

Football

AFP

Publié le

Bousculade mortelle à Johannesbourg: 43 morts
© (EPA)

47 personnes ont été tuées et 200 blessées (dont 89 cas graves) mercredi soir à Johannesburg dans de gigantesques bousculades à un match entre deux clubs de football sud-africains, dans l'une des pires tragédies des dernières années autour d'un événement sportif.

Près de deux heures aprés l'incident, la police n'était pas en mesure de confirmer un bilan définitif, mais selon des sources des services de secours et hôpitaux cités par la radio sud-africaine SABC, près de 200 personnes ont été blessées. "Nous avons au moins 14 morts à l'extérieur des portes 4, 5 et 6 du stade et au moins 33 à l'intérieur", a déclaré à l'AFP sur place une porte-parole de la police. "La police essaie de confirmer un bilan final des morts, et ne peut dire combien ont été blessés" a-t-elle ajouté.

Selon des responsables de la sécurité et des témoins, le drame a éclaté lorsqu'une foule à l'extérieur du stade d'Ellis Park, comble avec 68.000 spectacteurs, a forcé l'entrée dans l'enceinte peu avant le début du match à 21H00 locales. "J'étais dans mon siège et l'instant d'après, des gens étaient littéralement sur nous, nous étions projetés hors de nos sièges. Je ne sentais plus mes jambes" a raconté une blessée, Harrieth Dlamini, 31 ans, à l'agence sud-africaine de presse SAPA.

Le match-phare opposait les Orlando Pirates aux Kaizer Chiefs, deux clubs de championnat de la région de Johannesburg, mais populaires bien au-delà dans le pays. Les Pirates sont en tête du classement à six journées de la fin du championnat, les Chiefs 4e toujours en course pour le titre.

Chiefs et Pirates avaient déjà été les "acteurs" d'une tragédie en 1991, lorsque des affrontements entre leurs supporters, pour un but refusé lors d'un match amical, avaient fait 40 morts et 50 blessés au stade d'Orkney.

Quelque 120.000 personnes, selon la SABC-TV, qui retransmettait le match en direct, s'étaient déplacées mercredi pour la rencontre. Plusieurs milliers, qui n'ont pu obtenir de tickets, seraient à l'origine de la bousculade, a déclaré la police à l'AFP. Peu avant le début du match, la police avait maîtrisé un premier mouvement de foule à l'extérieur en usant de gaz lacrymogènes.

Le match avait commencé depuis près de 20 minutes (score 1-1) lorsqu'il a dû être interrompu, la nouvelle de la bousculade émergeant peu à peu de l'extérieur, pour permettre aux premières victimes d'être transportées sur le terrain pour soins d'urgence.

En quelques minutes, des dizaines de personnes étaient allongées sur la pelouse, certaines recouvertes de couvertures, d'autres assistées par des équipes de secours, d'autres encore évacuées sur brancards, selon les images de la SABC. Des ambulances étaient aussi dépêchées sur la pelouse, des hélicoptères évacuaient les blessés. Nombre d'ambulances peinaient à s'extraire des embouteillages monstres autour d'Ellis Park, près du centre-ville.

Selon un porte-parole des services de secours, Rodney Eksteen, cinq des blessés étaient dans un état critique mercredi soir, entre 20 et 30 grièvement blessées, et 130 étaient dans un état satisfaisant.

Une demi-heure après le drame, des responsables des deux clubs, entourés du maire de Johannesburg Amos Masondo, et du ministre des Sports Ngconde Balfour, tous deux accourus sur place, ont tour à tour pris le micro sur la pelouse pour appeler le public au calme, et lui demander de quitter le stade en bon ordre.

Autour des responsables, les joueurs des deux clubs se tenaient en cercle sliencieux, la tête baissée.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous