Si le Standard et Anderlecht n’ont pas réussi à se départager au terme des 34 journées de compétition, Anderlecht a pris un premier avantage hier soir lors de la 26 e cérémonie du Footballeur Pro.

Comme en 2006, Mbark Boussoufa a signé le doublé Soulier d’Ébène - Footballeur Pro de l’année en devançant Brian Ruiz, le héros malheureux du week-end, et Dieumerci Mbokani, l’éternel contesté au niveau des récompenses individuelles. "Réellement pour la première saison, Mbark a fait preuve d’une totale régularité tout au long de la saison. Il mérite sa récompense", témoigne Herman Van Holsbeeck, le manager anderlechtois.

Le sacre - par ses pairs puisque ce sont les joueurs qui votent - n’est pas inattendu: il a réussi à se montrer décisif dans les matchs au sommet tout en faisant preuve d’une grande efficacité tout au long de la saison. Avec 339 points, il devance Brian Ruiz de 64 points et Dieumerci Mbokani de 83 unités. Notons l’étonnante 6e place de Moussa Dembélé, premier des Belges évoluant à l’étranger.

Côté gardiens, c’est Barry Copa Boubacar qui a été élu. Le trophée a été remis au portier Lokerenois par Joao Carlos. "Je le dédie à Beveren, Abidjan, Rennes et Lokeren par où je suis passé. Mais aussi aux victimes du drame du 29 mars en Côte d’Ivoire."

Laszlo Bölöni a devancé Michel Preud’homme et Ariël Jacobs pour le trophée d’entraîneur de l’année et ce, pour sa première saison de coaching en Belgique. Il s’est même fendu d’un discours écrit en néerlandais et énoncé avec un accent qui n’appartient qu’à lui "J’ai passé une année magnifique en Belgique. Je remercie particulièrement tous les entraîneurs de Belgique qui m’ont accueilli chaleureusement. Généralement, vous attendez des miracles de la part des entraîneurs, mais ce sont des personnes comme tout le monde."

Et s’il ne sera visiblement pas le prochain sélectionneur national, le Roumain plaide pour l’union nationale. "Le football belge transmet beaucoup de valeurs. Ce serait bien d’unir toutes les forces de ce football afin que l’unité belge gagne."

Pour la troisième année consécutive, et malgré les critiques qui se sont pour la première fois abattues sur lui cette saison, Jérôme Efong-Nzolo a remporté le trophée d’arbitre de l’année. "Je ne suis pas le meilleur mais peut-être le plus populaire, a-t-il réagi. Je dédie ce trophée à Frank De Bleeckere et à son équipe pour les lettres de noblesse apportées à notre corporation."