© Photonews

Football

Boussoufa II, roi de Belgique

B.D.

Publié le - Mis à jour le

On prédisait un duel très serré entre les deux amis. Il n’y a finalement pas eu match : Mbark Boussoufa, large vainqueur du premier tour de scrutin, a remporté hier le 57e Soulier d’Or de l’histoire.

En juin, il a largement devancé Romelu Lukaku. En décembre, les rôles étaient inversés, mais les écarts moindres et au final, "Bouss" comptait près d’une centaine de points d’avance sur le prodige. Vossen s’emparait logiquement de la 3e place, devant Vargas, autre révélation, et Biglia, récompensé pour ses prestations du printemps.

Certains observateurs, dont le recordman du trophée Paul Van Himst, le regretteront, mais Romelu Lukaku quittera donc la Belgique en juin sans ajouter son nom au palmarès du Soulier d’Or. Il a sans doute payé son creux important pendant les derniers playoffs, juste avant le premier scrutin.

Indirectement, il a aussi été la victime de l’éclosion de Jelle Vossen. Sans le vouloir, le meilleur buteur de Genk a sans doute pris des points que Romelu aurait pu prendre

Romelu Lukaku est un joueur d’un talent incroyable mais il faut reconnaître que sur l’ensemble de l’année 2010, Boussoufa a simplement été plus régulier. C’est normal : le Marocain a neuf ans de plus que le jeune buteur. En réalité, la plupart des votants ont suivi le règlement du Soulier d’Or : il doit récompenser les prestations individuelles, pas le potentiel. En outre, comme de nombreux spécialistes l’avaient souligné avant la remise du trophée, les statistiques et les prestations durant l’année civile 2010 plaident en faveur du Marocain. Au contraire de Lukaku, le meneur de jeu du Sporting n’a pas connu de véritable passage à vide. Tout juste est-il passé à côté de quelques matches en coupe d’Europe mais Lukaku, lui, a loupé les playoffs et le début de la présente saison. La victoire de Boussoufa ne manque en tout cas pas d’éclat. Tout d’abord parce que Lukaku avait les faveurs des pronostics. Mais surtout parce qu’il entre, avec deux Souliers d’Or, dans un cercle très fermé. Ils ne sont que huit à avoir réalisé cette performance dont seulement deux étrangers.

Le petit Marocain rejoint donc Pär Zetterberg au rang de meilleur joueur étranger de l’histoire de la D1, du moins si l’on ne tient compte que du palmarès individuel. Comme le Suédois, il ajoute lui aussi à son double Soulier d’Or trois titres de Footballeur Pro. Un CV énorme qui amène naturellement une question : la Belgique n’est-elle pas devenue trop petite pour le maître à jouer du Sporting ?

Quoiqu’il fasse à l’avenir, Mbark Boussoufa peut savourer. Il est un très beau gagnant. Il mérite des félicitations. Tout comme son dauphin, le talentueux Romelu Lukaku.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci