Entretien

Le meneur de jeu du Sporting est revenu sur le match au sommet, qu’il a éclaboussé de toute sa classe dimanche soir.

Mbark, comment vous sentez-vous un jour après le choc ?

Très bien. Nous avions congé donc j’ai pris le temps de me reposer avant cette soirée chargée. J’ai reçu de très nombreux appels et SMS de félicitations. Ça me touche beaucoup. Même M. Leekens a tenu à me féliciter, ça me fait chaud au cœur.

Avec le recul, quel sentiment vous procure ce succès sur le grand rival ?

Je retiens surtout que dans les grands moments, Anderlecht parvient toujours à être là. On a montré qu’on a plus de classe que le Standard et qu’on reste la meilleure équipe du pays. C’était important, après tous les reproches que les gens nous avaient faits. Bien sûr, nous devons rester les pieds sur terre, car la route est encore longue. Mais cette victoire fait vraiment du bien.

Avec huit buts et huit assists , vous voilà meilleur buteur et meilleur passeur d'Anderlecht cette saison !

Je suis heureux d’avoir pu jouer mon rôle dans ce choc. Mais je compte bien ne pas rester à huit buts et huit assists , je vais continuer. J’avais prévenu Gillet, qui a également marqué huit fois, qu’il devait se méfier de moi ! Cette saison, je parviens à me montrer plus efficace, même si je ne suis plus aussi spectaculaire.

Dimanche soir, vous avez pourtant allié spectacle et efficacité.

C’est vrai et c’était une supersensation. Il y a eu des retournements de situation, du spectacle, des jolis buts et une victoire à la clé. Mais n’oublions pas que nous n’avons pris que trois points On n’a pas de raison de faire la fête.