Le leader a eu chaud. S’il s’est imposé sur le fil, il le doit à Mbark Boussoufa, auteur du but de la délivrance à une minute de la fin du temps réglementaire.

Après avoir marqué, le maître à jouer du Sporting a fait de grands gestes de bras, avant de mimer les sifflets. Auteur du même geste avec Genk, Marvin Ogunjimi s’était fait réprimander par Georges Leekens. Ariël Jacobs n’était pas aussi sévère : "La réaction de Boussoufa envers le public n’était pas bonne, mais quelque part compréhensible. C’était de la frustration. Je suis certain qu’il la regrette déjà."

L’explication de Boussoufa était naturellement très attendue. Plutôt que de parler de regrets, il a tenu à clarifier la signification de son geste. "Ce n’était pas de la frustration ni une critique envers nos supporters. Je voulais simplement envoyer un message à nos supporters : s’il vous plaît, ne nous sifflez pas, mais aidez-nous, car nous avons besoin de vous. Bien sûr, le public a tout à fait le droit d’être mécontent. Mais dans les dernières minutes, nous avions besoin de son soutien. Des encouragements, ça peut faire la différence dans une fin de rencontre."

Mbark Boussoufa sait ce qu’il fait et ce qu’il veut. Quand un journaliste flamand lui fit remarquer qu’il avait moins bien joué lors des deux derniers matches, il contre-attaqua : "Ah bon ? Alors expliquez-moi pourquoi ! J’accepte les critiques, mais elles doivent être fondées. N’ai-je pas été décisif à chaque fois ?" Les observateurs qui veulent critiquer le petit Marocain ont tout intérêt d’avoir de solides arguments

Le petit Marocain reconnaissait toutefois que collectivement, Anderlecht s’était montré trop pressé face au Cercle. "La rencontre devenait de plus en plus difficile au fil des minutes. Le but ne tombait pas et une ambiance négative s’installait. Par impatience, nous avons eu trop de pertes de balle. On cherchait trop souvent et trop vite la profondeur. Heureusement, nous avons fini par marquer. J’étais très soulagé, car notre succès était mérité, cela ne fait pas de doute. Il ne faut pas oublier qu’en première période, nous avons eu quelques très bonnes combinaisons."

En plus d’être le roi des assists, "Bouss" est désormais le meilleur buteur d’Anderlecht en championnat, à égalité avec Lukaku (dix réalisations). "Je n’attache pas trop d’importance à ce statut. Même si ma spécialité est plutôt l’assist, c’est toujours bon de mettre un petit but. Cette semaine, j’ai aussi marqué deux fois avec le Maroc. Je suis en pleine confiance."

Les journaux marocains parlaient d’un "Boussoufa royal". Jeudi, Anderlecht aura au moins besoin d’un "Petit Prince" pour venir à bout de l’Ajax.