ANDERLECHT Comme l'a très bien dit Walter Baseggio à l'issue de la rencontre, «on ne doit retenir que la victoire». Le score se rapproche fort du 5-1 infligé au Lierse mais la comparaison s'arrête là.

Aucun joueur ne semblait s'être amusé sur le terrain. Menés 0-1, puis 1-2 en étalant à nouveau leurs faiblesses et leur manque de confiance, les joueurs d'Hugo Broos ont dû bénéficier des faveurs de l'arbitre -deux penalties justifiés... au contraire de l'exclusion de Svetlicic à la demi-heure- pour finalement émerger facilement, sans convaincre.

Les supporters exigent d'ailleurs beaucoup plus de leur équipe, sifflée par moments. Leur mécontentement a atteint son paroxysme quand Hugo Broos a remplacé Zetterberg par Baseggio. Tout le stade a hué cette décision qui, par ailleurs, n'était pas incompréhensible.

«Si j'en arrivais à ne pas remplacer un joueur pour éviter les sifflets du public, je ferais mieux d'arrêter... et ce n'est pas mon intention, a commenté le coach du Sporting. Les supporters ont payé leur place, ils ont le droit de manifester leur mécontentement. Mais je suis l'entraîneur, c'est moi qui prends les décisions. J'ai remplacé Pär car il connaissait une baisse de régime.»

Le coach aurait d'ailleurs pu remplacer une grande partie de son équipe, sur base de ce critère. Mais seul le malheureux Anthony Vanden Borre était remplacé à la mi- temps après avoir précipité les deux buts brugeois. Le premier en lâchant son homme sur corner, le second en manquant sa passe en retrait. Résultat: un nouveau but encaissé sur phase arrêtée et un nouveau cadeau.

«Je l'ai fait descendre à la pause pour ne pas le brûler, expliquait encore Hugo Broos. Mais je vais parler avec lui avant notre prochain match de championnat pour qu'il ne soit pas abattu et qu'il relève la tête.»

Bonne rentrée de De Boeck

Et comme les nouvelles ne sont pas meilleures concernant la blessure de Zewlakow, Vanden Borre devra est prêt dans un peu moins de deux semaines, pour le derby au Brussels. «Junior a montré qu'il pouvait servir d'alternative au poste d'arrière droit.»

Parmi les rares enseignements positifs, Hugo Broos retiendra aussi le bon retour à la compétition de Glen De Boeck, «même si on encaisse encore sur corner». À l'instar de Goran Lovré, qui revenait dans l'équipe par un jeu de chaises musicales suite à la blessure de Jestrovic, l'arrière central, qui reléguait Lamine Traoré sur le banc, n'a pourtant pas eu la tâche facile dans une équipe en convalescence.

«Après sept mois d'indisponibilité, j'étais très heureux de retrouver le terrain, commentait celui qui retrouvait aussi le brassard de capitaine. Nous avons mal débuté la partie mais, même menés, nous avons continué à poser notre jeu, sans nous énerver. Les erreurs individuelles ont été gommées grâce à la solidarité de l'équipe, qui a formé un vrai bloc. La victoire était importante mais cela ne suffit pas. À Anderlecht, il faut y ajouter la manière. Pour cela, il faut jouer en confiance. Cela va revenir au fil des matches.»

qui aimerait voir les deux joueurs évoluer ensemble, a hué la décision d'Hugo Broos... (PHOTO NEWS)

© Les Sports 2004