ENTRETIEN

Gaëtan Englebert, vous aviez affirmé, avant le premier match, que le Club ne pouvait pas manquer sa qualification. Le pensez-vous toujours?

Plus que jamais. Aucune formation ne nous a dominés jusqu'à présent. Si nous sommes contraints de jouer notre sort européen à la roulette russe de ce dernier match, c'est parce que nous n'avons pas bien négocié nos deux déplacements, à Dniepropetrovsk et à Vienne, alors que nous avions démontré, sur la pelouse, que nous étions en mesure de nous imposer. Hélas, des erreurs individuelles caractérisées nous ont, les deux fois, coûté cher. Dans l'absolu, nous n'aurions pas réalisé deux mauvais résultats s'il y avait eu un match retour. Mais ce n'est pas le cas...

Une élimination, ce soir, constituerait un échec pour le Club?

Certainement. Ne serait-ce que parce que nous n'aurons pas été capables de démontrer que notre équipe était la plus expérimentée des cinq candidats à la qualification. Compte tenu de nos antécédents récents, nous n'aurions pas dû être contraints de gagner ce soir.

Quels enseignements avez-vous retirés des premiers matches?

On a souvent réalisé d'excellentes prestations en Ligue des Champions qu'on n'a pas pu confirmer ensuite en Coupe de l'UEFA contre des adversaires davantage à notre portée. Jusqu'à présent, on n'en a pas encore compris les raisons.

Le Real Saragosse s'inscrit, en principe, parmi ces adversaires à votre portée...

Tout à fait. Même s'il nous apparaît comme le plus redoutable de nos quatre rivaux. Il recèle les caractéristiques des formations espagnoles: il aime jouer au ballon. Pas au point de nous complexer, mais au moins d'aiguiser notre vigilance. Objectivement toutefois, Saragosse ne se hisse pas au niveau de Barcelone, qui nous a éliminés de justesse à deux reprises.

Le système particulier de la nouvelle Coupe de l'UEFA risque-t-il d'influencer le déroulement de ce match décisif?

Peut-être bien. En principe, nous ne pouvons pas spéculer sur un match nul. Saragosse le peut, théoriquement. Mais n'est-ce pas risqué? Comment les Espagnols vont-ils réagir s'ils se retrouvent menés après une heure de jeu? Notre situation se révèle peut-être plus confortable que la leur.

Comment le Club doit-il aborder ce match décisif?

En restant, d'abord, bien organisé derrière. Plus longtemps et mieux que nous ne l'avons été lors de deux de nos trois matches précédents. Avant de songer à bien jouer au football, nous devons veiller à ne pas ménager la moindre occasion de but à nos adversaires. Vouloir nous ruer vers l'avant pourrait nous entraîner au suicide...

L'absence de Balaban va engendrer une autre disposition tactique. C'est un problème?

Ce ne sera pas la première fois qu'on évoluera différemment. Chez nous, la forme du jour est toujours plus déterminante que le choix tactique. L'absence de Bosko est gênante dans la mesure où il s'intégrait parfaitement dans notre système de jeu et où, par une action individuelle, il était capable de dénouer une situation qui apparaissait inextricable.

Préférez-vous terminer deuxièmes ou troisièmes?

Cela m'est égal. Nous sommes bien placés pour savoir qu'il n'existe guère de différences entre les relégués de la Ligue des Champions et les bonnes formations de la Coupe de l'UEFA: ces deux dernières saisons, nous nous sommes fait éliminer par des adversaires à notre portée après avoir signé des coups d'éclat en Ligue des champions...

FC Bruges: Butina, De Cock, Clement, Spilar, Van der Heyden, Englebert, Simons, Ceh, Gvozdenovic, Verheyen, Lange.

Le Club devrait aborder la rencontre en 4-4-2 avec Ceh recentré en meneur de jeu. Gvozdenovic paraît assuré d'évoluer sur le flanc gauche de l'entrejeu. La défense devrait aussi changer: le duo Maertens-Rozehnal s'effacerait ainsi devant la paire Clement-Spilar.

Real Saragosse (Esp) : Luis Garcia, Ponzio, Alvaro, Milito, Toledo, Movilla, Zapater, Galletti, Gonzales, Villa, Savio.

Mis à part Cuertero qui s'est blessé à la cuisse lors de la dernière journée de compétition espagnole, Victor Nuoz alignera le même onze de base que face à Ossassuna. Les Ibériques se présenteront au Jan Breydelstadion dans un 4-4-2 des plus classique avec Savio et Villa sur le front de l'attaque.

Arbitre: M. Meyer (All).

Match: 20h45. Direct Ka2.

© Les Sports 2004