Le match au sommet traditionnel de notre compétition s'est soldé à l'avantage de Bruges, qui a battu Anderlecht 1-0. Le Standard, vainqueur de l'Antwerp, reste en course pour la deuxième place. Deux autres enseignements sont à tirer de cette vingt-cinquième journée de championnat : Mons (qui a battu La Louvière) va vraisemblablement se sauver alors que Genk (battu à Lokeren) peut tout doucement oublier l'Europe.

Avant le match, Bruges avait gagné tous ses matches à domicile cette saison alors qu'Anderlecht n'avait jamais été battu à l'extérieur. Une belle série devait donc s'arrêter et c'est celle des Bruxellois qui a pris fin. Les Brugeois ont commencé la partie sur les chapeaux de roues, et firent bondir de joie leurs supporters dès la quatrième minute. Un corner de Ceh, dévié par la tête de Clément, fut prolongé dans le but par Lange. La première période fut totalement dominée par l'équipe locale qui aurait pu doubler la marque sur penalty. Deschacht avait accroché Verheyen dans le rectangle mais Peersman effectua un bel arrêt sur l'envoi de Simons. C'est le premier coup de répartion que le diable rouge ne marque pas cette saison.

Après le repos, les Anderlechtois prirent la partie à leur initiative, tantant de revenir au score. Et si leur domination était indéniable, le niveau de jeu, lui, avait baissé d'un cran. Il fallut attendre la fin de la partie et la montée de Jestrovic pour que les Brugeois tremblent. Le remplaçant toucha d'abord du bois avant d'offrir un caviar à Iachtchouk qui ne parvint pas à conclure.

1-0, score final donc : cette défaite fait surtout tache dans les statistiques anderlechtoises, mais n'a pas de réelles conséquences fâcheuses puisqu'ils comptent toujours treize points d'avance au classement. Pour les Brugeois, en revanche, la victoire est bonne pour le moral et leur permet de prendre trois unités pas acquises d'avance contre un adversaire solide que le Standard doit encpre rencontrer.

Avertis de ce résultat, les Liégeois n'avaient pas le droit à l'erreur dans leur match de l'après-midi. Il faut dire que l'adversaire était d'un tout autre calibre puisqu'il ne s'agissait de nul autre que la lanterne rouge anversoise. Le résultat sur le terrain fut conforme aux pronostics, avec une victoire 3-0 du Standard. Les vingt premières minutes furent difficiles, mais l'organisation mise en place par Marc Grosjean ne tint pas plus longtemps. C'est Emile Mpenza qui fit sauter le verrou. La tâche de l'Antwerp, qui était venu pour défendre, fut dès lors très compliquée. Et après la pause, Mpenza offrit le 2-0 à Bangoura avant de marquer lui même le troisième but, sur une passe de Dragutinovic.

Le dernier match de ce dimanche présentait moins d'intérêt puisqu'il opposait deux équipes du ventre mou, le Germinal Beerschot et Saint-Trond. Un tir de Vrancken sur la transversale fut la seule chose que les spectateurs eurent à se mettre sous la dent en première mi-temps. Les Anversois prirent l'initiative dans la dernière demi-heure, mais sans succès. Et le préposé au marquoir ne fut donc jamais sollicité.

Tout avait commencé vendredi soir, avec la défaite d'Heusden-Zolder contre Westerlo. Si on parle peu de ces deux équipes dans la moitié sud du pays, elles sont quand même à garder à l'oeil. La première parce qu'elle mérite mieux que son classement ne l'indique (mais ça on le dit depuis le début de saison, et les résultats ne s'améliorent pas), la seconde parce qu'elle est dans le peloton européen et occupait même la quatrième place après sa victoire, même si le classement n'était pas vraiment équilibré.

Mouscron pouvait dépasser les Campinois, pour cela il leur suffisait de battre Gand, qui n'a plus rien à gagner ni à perdre cette saison et peut évoluer en roue libre. Cependant, la première mi-temps fut assez décevante, même si cela peut s'expliquer : Georges Leekens avait modifié la disposition de ses joueurs alors que du côté gantois, Cavens, pourtant en grande forme, avait été laissé sur le banc.

Mais après le repos, le niveau s'améliora et les Mouscronnois profitèrent des occasions qui leur échurent. C'est Mbo Mpenza qui ouvrit la marque mais à peine deux minutes plus tard, Ndikumana avait égalisé. Un tir dévié de De Vleeschauwer trompa Herpoel pour donner la victoire à l'équipe locale qui revient (avec le même nombre de matches joués) à un point de Bruges et du Standard. La fin de saison s'annonce palpitante !

Genk aussi pouvait dépasser Westerlo. Pour cela, il leur fallait aller gagner à Lokeren, un déplacement qu'ils n'aiment pas vraiment. Les Waeslandiens, eux, voulaient oublier le plus rapidement la râclée (7-3) reçue à Westerlo une semaine plus tôt. Un coup d'arrêt dans leur progression depuis la trêve, un renouveau notamment dû à l'arrivée de deux renforts brésiliens : Tailson et Renatinho. Et, malgré la domination (très stérile) des Limbourgeois, ce sont les Sud Américains qui trouveront le chemin des filets, à la 30e et à la 77e. Un but de Kpaka à trois minutes de la fin rendra l'espoir aux joueurs de Genk mais ne suffira pas.

Autre équipe qui se porte bien depuis la reprise du championnat, Mons accueillait le voisin Louviérois. Comme on pouvait s'y attendre, le match fut assez fermé avec les deux entraîneurs qui voulaient museler les forces adverses. Et ils y arrivèrent avec succès. Wamberto, dont personne en Belgique ne se plaint du retour, a ainsi été bien tenu pendant presque toute la partie. Presque, car en début de match, il parvint à échapper à la vigilance de la défense Louviéroise et se fit accrocher dans le rectangle. Il convertit lui-même le penalty qu'il avait provoqué, marquant ainsi le seul but du match.

Les Louviérois n'ont donc pas confirmé leur belle victoire contre le Standard, mais pour eux, ce revers est sans conséquences fâcheuses. En revanche, à Mons, on pousse un énorme soupir de soulagement : grâce à ces trois points, les pensionnaires du Tondreau sont quasiment assurés de leur maintien en division 1. Certes, ce n'est pas mathématique, mais ils sont plus proches du ventre mou que des menacés et avec l'élan qui est le leur en ce moment, on les voit mal terminer à une des deux dernières places.

Un de ces sièges pourrait échoir au Lierse ou au CS Bruges, deux équipes pour qui plus rien ne va depuis plusieurs mois. Alors qu'on les pensait lancées pour vivre une saison loin de tout danger, elles ne cessent de se rapprocher des tréfonds du classement. Leur affrontement pouvait permettre à l'une d'entre elles de prendre une bouffée d'air mais au Lisp, les hommes d'Emilio Ferrera et ceux de Jerko Tipuric ont offert un spectacle indigne de l'élite, et le score de 1-2 est celui des cartes rouges car aucune des deux formations n'est parvenue à marquer ce samedi soir.

Charleroi n'a pas profité de cette neutralisation de deux adversaires directs et sa belle lancée s'est arrêtée à domicile contre Beveren. Après quelques bonnes minutes en tout début de partie, les Hennuyers ne montrèrent plus grand-chose et les Ivoiriens du Pays de Waas n'affichaient pas non plus leur meilleure forme. Toutefois, une belle action de leur nouveau capitaine, Romaric, leur permit de prendre les commandes après 25 minutes.

En deuxième période, Charleroi commença à nouveau avec de bonnes intentions, mais ce fut encore de courte durée. L'attaque se faisait prendre au piège du hors-jeu plus souvent qu'à son tour et seul Olufade parvenait à quelque peu déstabiliser la défense adverse, alors qu'Ikpeba était dans un jour sans. Le score ne changera plus mais Charleroi conserve quand même une avance suffisante sur les deux derniers.