Milieu de terrain des " Rouches" pendant trois saisons, Karel Geraerts va croiser la route de ses anciennes couleurs dimanche lors de la venue du Standard à Bruges. L'occasion pour le Limbourgeois de jeter un coup d'oeil dans le rétroviseur : "Ce fut une étape importante de ma carrière. J'ai connu de très bons moments à Sclessin et je n'éprouve aucun regret même si j'ai vécu une période difficile lors de mes deux derniers mois à Liège."

Et quand on demande au milieu de terrain des Blauw en Zwart de comparer le Standard de la saison dernière avec l'actuel, sa réponse fuse : "Les Liégeois ne sont pas plus forts cette année. Leur niveau est, à mes yeux, le même. Il ne faut pas oublier que mon ancienne équipe a perdu des joueurs d'expérience comme Rapaic, Conceição ou Sa Pinto. En plus de leurs qualités sur le terrain, ces éléments affichaient une certaine présence dans le vestiaire. La force actuelle du Standard ? La fougue et la jeunesse de son équipe. Son meilleur joueur ? La réponse est facile à donner, c'est Defour. Il possède des pieds en or pour diriger le jeu et faire des passes décisives. Sans sa blessure, il aurait pu faire la différence dimanche."

En passant de Sclessin au Jan Breydel, Karel Geraerts a vu son rôle sur la pelouse évoluer. Milieu de terrain dans le style "box-to-box" à Liège, il est devenu un milieu de terrain défensif plus strict sous Mathijssen.

"C'est vrai que j'évolue plus avec le frein à main car notre équipe est très offensive avec des garçons comme Sterchele, Sonck, Van Heerden, Leko et Blondel. Le poids du travail défensif repose essentiellement sur les épaules de la défense et les miennes. Mais cela ne me dérange pas car c'est pour le bien de l'équipe."

Cette position n'a pas empêché Karel d'inscrire quatre buts cette saison (pour huit au Standard l'an dernier).

En conclusion, le Brugeois tente de mettre la pression sur le Standard : "Après les deux points perdus contre Roulers, ils seront plus nerveux que nous. En cas de succès, on pourrait leur porter un coup au moral en les reléguant à six points..."