Très beau duel en ce dimanche ensoleillé en Venise du Nord. Les Blauw en Zwart de Garrido recevaient les Mauves et Blancs de van den Brom.

Bruges s'était quelque peu relancé le week-end dernier en allant gagner trois beaux points à Genk. Anderlecht, lui, se plongeait dans le doute en se faisant battre et dépasser au classement par la belle équipe de Zulte Waregem. Garrido devait composer avec le forfait de Vadis, out jusqu'à la fin de la saison.

De Bock était lui suspendu. Hoefkens réintégrait le onze de base. Le trio du milieu de terrain était composé d'Adu, Donk et Jorgensen. Côté Mauve, Deschacht était suspendu et remplacé par Safari. Praet réintégrait le noyau en prenant place sur le banc. De Sutter perdait sa place de titulaire au contraire de Gillet et Suarez qui regagnaient la confiance de leur coach.

Bruges, l'art de la contre attaque

Le schéma de jeu était clair de la part des deux entraineurs. Bruges devait attendre des Anderlechtois, obligés d'attaquer. Lors du premier quart d'heure, la possession de balle des Mauves montait jusqu'à 72%. Leur domination dans le jeu était outrageuse mais les occasions franches faisaient défaut.

Au quart d'heure, alors que Bruges avait été inexistant jusque là, les joueurs de Garrido allaient montrer leur art de la contre attaque. Donk offrait un magnifique ballon lobé à Lestienne, parti dans le dos de la défense anderlechtoise aux abonnés absents. Le petit ailier trompait le pauvre Proto qui n'avait toujours pas touché le moindre ballon (1-0). Ce goal faisait très mal au moral des Mauves qui n'arrivaient pas à reproduire le bon niveau de jeu des quinze premières minutes.

A la 18e, puis à la 20e, Baca et Hoefkens se créaient deux possibilités de goal sans faire mouche. Anderlecht tentait alors de réagir, mais Suarez gaspillait. Mbokani faisait une passe lumineuse pour l'Argentin qui partait au but. Mais, au lieu de frapper, il tentait de centrer et était contré par Hoefkens.

A la 34e minute, c'était au tour de Biglia, encore une fois bien en jambes dans cette partie, de se montrer. Il remontait bien le terrain et jouait à droite pour Bruno. L'ailier lui remettait la balle et le capitaine frappait en un temps. Son tir était bien stoppé par la défense brugeoise.

Juste avant la pause, Jorgensen gâchait une grosse occasion. Bacca amorçait bien la contre attaque. Il écartait pour Jorgensen. Le Danois crochetait Nuytinck puis frappait au but. Proto se couchait tranquillement. Bacca râlait sur son coéquipier car il était esseulé au point de pénalty.

Cette première période était d'un niveau technique intéressant et le match était plaisant. Safari et Duarte en faisaient d'ailleurs les frais puisqu’ils se faisaient tour à tour ridiculiser par des petits ponts de Meunier et Suarez.

Mbokani ne rime pas avec pénalty

La seconde période redémarrait doucement. Les gestes n'étaient pas précis. Il fallait attendre quinze minutes pour voir la première occasion, orchestrée par Bacca. Le Colombien héritait d'un ballon dans le rectangle. Il avait tout le temps de frapper. Chose qu'il faisait mais Kouyaté se jetait pour dévier en corner.

Trois minutes plus tard, Lestienne, impressionnant durant tout le match, doublait la mise d'une frappe sensationnelle. Il rentrait dans le jeu depuis la droite, passait Nuytinck d'un crochet court et allait chercher le poteau opposé. Proto, médusé, ne bougeait pas (2-0). Anderlecht se retrouvait dans la même posture que lors de la rencontre de la phase classique où ils étaient aussi menés 2-0 et où ils avaient arraché un point.

Deux minutes après le deuxième but, Bruno semblait vouloir rejouer le même tour aux Brugeois. Sur un superbe assist de Mbokani, le petit Bruno était esseulé et Kujovic passait à côté de sa sortie. Il n'en fallait pas plus pour l'international espoir qui concluait de la tête (2-1). Il restait 25 grosses minutes aux Mauves pour recoller au score. Le match s'emballait. Les deux équipes se créaient des occasions à tour de rôle. Tout d'abord Rafaelov qui décrochait une frappe puissante que Proto déviait bien. A la 72e, Gillet était trop court sur un centre de Mbokani.

Bacca en profitait pour repartir en contre mais sa frappe était trop molle pour inquiéter le portier des Mauves. A un quart d'heure du terme, Mbokani se défaisait de la défense, accélérait puis décochait une très bonne frappe croisée. Le ballon était dévié par une jambe brugeoise.

A la 78e, Monsieur Gumienny oubliait un pénalty pour une faute de Lestienne sur Suarez. A la 87e, Anderlecht croyait avoir fait son retard grâce à un coup de tête de De Sutter. Mais, de manière incompréhensible, l'arbitre signalait une poussée du grand attaquant sur Hogli.

Il restait trois minutes de temps additionnel quand Bacca gaspillait une dernière occasion brugeoise. Il pensait alors qu'il allait le payer cher puisque sur l'action d'après Duarte poussait Mbokani. Monsieur Gumienny indiquait le point de pénalty et brandissait la rouge pour le défenseur. La faute semblait être faite en dehors du rectangle mais la décision était prise. Il restait une chance aux Mauves pour revenir. Cette fois-ci, il ne pouvait plus louper de pénalty. Mais, Mbokani s'élançait et frappait de manière tellement négligente que Kujovic n’éprouvait aucune difficulté à détourner l'envoi.

L'arbitre sifflait la fin du match sur cet envoi plus que médiocre de l'attaquant congolais.

Bruges revient à deux points d'Anderlecht grâce à ce succès. Les deux équipes seront très attentives à la rencontre entre le Standard et Zulte Waregem dont le coup d’envoi sera donné à 18h.