© BELGA

Football

Bruges rencontrera Bordeaux en 1/8e

MICHEL DUBOIS

Publié le - Mis à jour le

DEBRECEN (Hon) 0

CLUB BRUGEOIS 0

ENVOYÉ SPÉCIAL À DEBRECEN

Le Club a stoppé sa belle série de victoires - six en championnat, une en Coupe de Belgique et une en Coupe de l'UEFA - mais il poursuit sa marche en avant.

Hier soir, dans un stade Dobi indigne de la Coupe d'Europe, il a assuré sa qualification pour les huitièmes de finale d'une épreuve dans laquelle il devra monter en puissance pour continuer son parcours. Bruges était supérieur à son adversaire hongrois. Il ne l'a pas confirmé sur la pelouse mais il n'a jamais été contraint non plus de devoir repartir en conquête pour s'être laissé surpendre.

Bruges a dû veiller au grain

Survolté par ses supporters, Debrecen risquait peut-être de précipiter Bruges dans un traquenard. Pour prévenir une éventualité aussi fâcheuse, Trond Sollied avait opté pour une sécurité maximale: il avait choisi d'associer dans l'axe ses chevronnés Clement et Simons pour la première fois de la saison. Maertens faisait les frais de cette décision. Roelandts et Gvozdenovic étaient par voie de conséquence alignés tous les deux dans une ligne médiane également inédite. Cette option pouvait permettre au Club de défendre haut.

Les Hongrois sonnèrent les premières charges, encore anodines, sur le flanc droit: lancé par Sandor, Kiss ne put mener son effort à bien puis Dombi chercha le coup de réparation devant Van der Heyden. Bruges avait répliqué par un envoi de Mendoza, bloqué par Tomic, puis par un bon coup franc de Ceh qui avait frôlé le montant. Si les offensives hongroises travaillaient l'infiltration, les répliques brugeoises ne s'enchaînaient pas avec fluidité, un peu parce que Roelandts, qui entamait pour la première fois une rencontre de Coupe d'Europe, semblait c hercher sa place dans l'entrejeu. Sans temps fort ni hauts faits d'armes, le match pouvait être qualifié de champêtre. Bruges avait gagné en défense la solidité qui lui faisait défaut dans une ligne médiane trop transparente.

Au début de la reprise, Van der Heyden alerta Tomic d'un bon envoi après que Verlinden eut bloqué en deux temps un centre-tir aérien de Szatmari. Bruges allait-il élever la cadence pour inscrire le but sans doute suffisant? Debrecen sembla jouer son va-tout après l'heure de jeu. A la 69e, Verlinden repoussa un envoi de Sandor. Trond Sollied fit alors monter au jeu Smolders puis Victor en remplacements de Roelandts et Mendoza. Bruges avait-il perdu la maîtrise du match? Pas vraiment mais il était contraint de veiller au grain même si, à 10 minutes de la fin, Lange aurait pu ponctuer un bon centre de Verheyen. Tomic bloqua le coup de tête du Norvégien. A deux minutes de la fin, les Hongrois réclamèrent avec une certaine véhémence un coup de réparation pour une faute de De Cock sur Sandor. Mais l'arbitre ne le leur accorda pas.

DEBRECEN: Tomic, Bernath, Pim Flavio, Eger, Szatmari, Dombi, Habi, Kiss (77e Csehi), Halmosi, Sandor, Bazzat (56e Nikolov).

CLUB BRUGES: Verlinden, De Cock, Clement, Simons, Van der Heyden, Roelandts (69e Smolders), Gvozdenovic, Ceh (83e Maertens), Verheyen, Lange, Mendoza (73e Victor).

ARBITRE: M. Douden Ibanez (Esp).

AVERTISSEMENTS: Van der Heyden, Gvozdenovic, Habi, Sandor.

© Les Sports 2004

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous