ANDERLECHT Jacky Munaron doit avoir eu un pincement au coeur en célébrant le 28 éme titre d'Anderlecht. Il est le seul membre du staff à ne pas avoir signé son contrat pour la saison prochaine.

Où en est votre situation, Jacky?

«Je ne peux pas quitter ce magnifique club. J'ai dit au manager, Herman Van Holsbeeck, que cela ne servait à rien d'attendre. Je veux rester. Et donc, je vais dire oui à Anderlecht, comme Vercauteren, De Boeck et Renders l'ont fait. J'avais des propositions à gauche et à droite mais je préfère être là où je me sens le mieux.»

La saison passée, on avait dit qu'Anderlecht avait perdu le titre à cause des gardiens.

«Cette saison-ci, on a gagné le titre grâce aux gardiens. C'est ma revanche après toutes les critiques.»

Silvio Proto a dédié son titre à Zitka, à Van Steenberghe et à vous.

«C'est la plus belle récompense possible pour moi. Nous formions une équipe dans l'équipe. On a formé un bloc ensemble. C'est magnifique de travailler avec trois gardiens pareils.»

C'était le neuvième titre de Zetterberg. Et pour vous?

«C'est mon huitième. J'en ai gagné quatre comme joueur, ceci est donc mon quatrième comme coach. Que ce soit le premier ou le dernier: ils sont tous aussi beaux. Être récompensé d'une telle manière après onze mois de boulot, c'est génial. Le momentclé? Après le match perdu au GB, quand le président a déclaré qu'il gardait la confiance en Franky. Là, Roger Vanden Stock a gagné le titre.»

© Les Sports 2006