Football

C'était la semaine de Walter Baseggio!

Christophe Berti

Publié le - Mis à jour le

CHARLEROI 1

ANDERLECHT 3

CHARLEROI: Dudas, Remacle, Sylla, Defays, Lokembo, Dufer, Kéré, Emamifar (72e Aliaj), Aluspah (53e Fernandez), Kolotilko et Eduardo.

ANDERLECHT: Zitka, Hendrikx, Ilic, Tihinen, Mi. Zewlakow, Mornar (79e Mac Donald), Vanderhaeghe, Baseggio (85e Kolar), Seol, De Bilde (82e Hasi) et Zane.

ARBITRE: M. Huyghe.

AVERTISSEMENTS: Kéré, Zitka.

LES BUTS: 12e Seol (0-1), 22e Baseggio (0-2), 78e Dufer sur penalty (1-2), 81e Baseggio (1-3).

Le suspense n'a pas duré longtemps, hier soir, au Mambour. Car si à la douzième minute, déjà, Seol ouvrait la marque de la tête, sur centre de Baseggio, et en profitait pour inscrire son septième but de la saison, ce n'était finalement qu'une suite logique de la domination continue des Anderlechtois depuis le début de la rencontre. Et cette mainmise, elle a duré... jusqu'à la septante-huitième minute, quand Dufer, sur penalty, remettait les Zèbres dans la partie, le temps pour Baseggio de prendre à nouveau ses responsabilités et de calmer définitivement les ardeurs locales.

Supérieurs dans tous les secteurs et à peine ennuyés dans leur progression jusqu'au but de Dudas, les hommes de Hugo Broos se sont promenés au début de la rencontre.

Si l'équipe d'Abbas Bayat avait jusqu'ici fait illusion sur sa pelouse en tenant en échec le Standard, l'Antwerp et Genk, elle s'est écroulée et a longtemps semblé sans réaction. Avant la pause, Hendrikx, Zane et Seol, encore, pouvaient doubler l'avance des leurs, mais c'est Baseggio, décidément transcendé par le brassard de capitaine, qui envoyait un obus des trente mètres et laissait le pauvre Dudas, de loin le meilleur des siens, pantois.

A la reprise, Etienne Delangre a bien serré les boulons et ses hommes ont mis un peu plus de coeur à l'ouvrage. Les visiteurs, quant à eux, se sont contentés de gérer leur confortable avance au petit trot, s'approchant de Dudas par à-coups quand ils se décidaient à accélérer encore. Car il faut bien être honnête: les Bruxellois n'ont pas livré une grande partie. D'ailleurs, à force de jouer trop lentement, ils ont failli se brûler, avec une faute de Zitka sur Eduardo et un penalty transformé par Dufer. Mais il n'a fallu qu'un coup de rein de Baseggio pour remettre les pendules à l'heure. Le match aurait dû être dans la poche bien plus vite... En se promenant, avec un De Bilde très brouillon et un Hendrikx toujours approximatif, Anderlecht s'est quand même rassuré avant un déplacement primordial en Norvège, jeudi, pour le match retour face à Stabaek. Neuf buts en deux matchs, c'est la meilleure des préparations avant le rendez-vous européen. L'autre Sporting, lui, privé de Kargbo derrière et Yazdani au milieu, n'a pas fait le poids. Le noyau d'Etienne Delangre est trop court, tout simplement.

© Les Sports 2002

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous